Quand on vous dit que la précarité a le vent en poupe !

Info AC ! Rhône
dimanche 23 octobre 2005

Dans sa course folle vers l’élection de 2007, Monsieur Galouzeau de
Villepin doit être à la fois plus social et plus dur que monsieur
Sarkozy de Nagy Bocza dit ‘‘Nicolas Sarkozy’’.
‘‘Social’’, Galouzeau de Villepin prétend l’être quand il annonce une
politique ‘‘en faveur des classes moyennes’’, lesquelles incluraient les
salariés au smic...(ben voyons !).
Il en appelle alors à la ‘‘solidarité’’, au « développement social ». Mais
il y a tromperie sur la marchandise, en réalité, la solidarité de Villepin
consiste à demander aux plus pauvres des français de bien vouloir
s’apitoyer sur les plus riches qui doivent payer tant d’impôt !

‘‘Social’’ toujours, Villepin veut « une politique du travail qui paye ».
Il y parvient fort bien, à ce détail près que le travail ne paye plus... que
les actionnaires : les entreprises du CAC 40 engrangent 60 milliards d’€
de profit, tandis que l’indemnisation du chômage subit une baisse
spectaculaire : moins de 40 % des Demandeurs d’Emploi sont
indemnisés pour un montant médian de 500 € par mois.

‘‘Dur’’, Villepin invoque la responsabilité des chômeurs face au chômage
 : selon Villepin, les chômeurs seraient des tricheurs, des fraudeurs.
Villepin impose donc aux salariés de l’ANPE de mettre en œuvre de
nouvelles sanctions (réduction de 20%, puis 50% et enfin de 100% des
allocations de chômage) pour que les chômeurs acceptent les emplois de
merde, (emplois précaires, sous-payés, pénibles, en horaires
fractionnés, à temps partiel imposé, etc.), que le patronat se plaint de
ne pas parvenir à pourvoir, (il y en aurait 500 000 en souffrance,
paraît-il). De même, en cas de ‘‘doute sur sa recherche d’emploi’’ le
chômeur s’expose à toutes les sanctions.
Avec de telles mesures parfaitement arbitraires, en avant, donc, pour la
‘‘responsabilisation des chômeurs’’ et la ‘‘solidarité avec les riches’’ !
Quant aux employeurs, qui, eux, sont riches, ils ne sont évidemment
responsables de rien, et Villepin reconduit leurs exonérations de
cotisations sociales (un cadeau de plus de 20 milliards d’€ par an).

Et, pour être bien sûr que les chômeurs se verront bien proposer de vrais
emplois de merde, Villepin nous invente un hallucinant Contrat Nouvelle
Embauche (CNE) assorti d’une période d’essai de 2 ans !!! Ce CNE prévoit
que le salarié sera licenciable à tout moment sans motif particulier ! Et
la loi permet à l’employeur d’enchaîner les CNE les uns derrières les
autres sans période de carence.
Ça c’est de la précarité ! Et bonne chance aux heureux titulaires de ces
merveilleux contrats !

Moralité, la condition de la réussite de Galouzeau de Villepin en 2007,
c’est que les chômeurs acceptent de payer seuls la facture du chômage que
les agents de l’ANPE doivent leur présenter.
Mais... les chômeurs et ces salariés ont-ils intérêt à lui faire ce cadeau ?
Rien n’est moins sûr !

*** Radiations : Magouilles et sanctions. ***

La baisse des chiffres du chômage est en réalité le fruit de radiations
massives (34 667 en juillet).
Le gouvernement resserre le filet sur les Privés d’emplois. Sous
prétexte de compréhension, (« il est trop douloureux de supprimer
entièrement les allocations aux pauvres »), tout un arsenal de
demi-mesures renforce de fait le contrôle et l’écrasement des Privés
d’emploi. Grâce à un arsenal de sanctions « progressives » le Code du
Travail est interprété dans le sens le plus favorable aux employeurs, au
détriment des salariés et chômeurs.
Il sera de plus en plus difficile d’invoquer un motif ‘‘légitime’’ pour
refuser un emploi précaire ne correspondant ni à nos aspirations, ni à nos
qualifications. Il sera impossible de refuser une ‘‘formation’’ souvent
bidon. Il sera également impossible de refuser une
‘‘invitation’’ à aller faire les vendanges.
Un ‘‘profilage’’ du Privé d’emploi sera réalisé dès l’inscription à l’ANPE
pour détecter « si le chômeur présente un risque de chômage de longue
durée » et les contrôles seront plus fréquents, particulièrement dans les
secteurs qui ‘‘offrent’’ des emplois très dégradés dits aussi ‘‘emplois de
merde’’ (précaires, mal payés, etc.).

Les privés d’emplois devront répondre à toutes les convocations de tous
les services (ANPE, ASSEDIC, organismes privés) sous peine de réduction,
suspension temporaire ou définitive des allocations. Les ASSEDIC auront le
pouvoir de contrôler la recherche d’emploi et de prendre des sanctions.
Ainsi le service public de l’emploi abandonne le terrain de la
solidarité nationale et s’aligne sur la logique du patronat et du Marché
selon laquelle le salarié et les chômeurs sont des marchandises.

*** Des négociations UNEDIC sous pression ***

L’UNEDIC est l’organisme qui gère les cotisations sociales dévolues à l
‘indemnisation du chômage. Tout les 3 ans des négociations ont lieu entre
partenaire « sociaux » (MEDEF, UPA, CG /PME, CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO)
pour décider d’une nouvelle convention qui décidera de la durée et du
montant de l’indemnisation des chômeurs. Rappelez vous, la dernière
convention négociée en décembre 2002 entre le MEDEF la CFDT, la CFTC et la
CGC avait mis en place le scandale des recalculé-e-s.

Le 8 novembre 2005 aura lieu la première séance de négociation sur
l’indemnisation du chômage qui aura pour but de négocier la convention
débutant au 1er janvier 2006. Face au déficit actuel de l’UNEDIC le
patronat envisage de rétablir la dégressivité des allocations chômage. Les
syndicats de salariés préféreraient que la durée de l’indemnisation soit
réduite.

*** Dans tous les cas ce sont encore les chômeurs qui devront payer les
pots cassés ***

Pourtant toute les prévisions de l’UNEDIC confirment que les comptes de
l’assurance chômage redeviendront excédentaire dès 2006 en raison de
l’arrivée à l’âge de la retraite des générations issues du baby-boom
(source N.V.O. du 16 septembre 2005). Cette nouvelle négociation qui vise
la réduction les droits des chômeurs est une nouvelle attaque contre la
solidarité.

Nous appelons les chômeurs, précaires et les personnes solidaires à nous
rejoindre pour intervenir contre les radiations, dans les négociations
UNEDIC, et résister à ces atteintes aux droits sociaux en revendiquant :

- L’indemnisation inconditionnelle de toutes les formes de chômage et de
précarité par la garantie d’une allocation individuelle au minimum égale
au SMIC mensuel !

- La revalorisation immédiate de toutes les allocations !

- La présence des chômeurs et précaires partout où se décide leur sort !
- Le libre choix de son emploi et de sa formation

- Abrogation des lois et décrets organisant le travail obligatoire, le
contrôle et la sanction des chômeurs.

- L’égalité et la continuité des droits quelque soit l’organisme payeur !


AC ! Rhône - 37 cours de la République - 69100 Villeurbanne
Permanence juridique tout les mardis de 15 h à 20 h
Tél. : 04.78.84.38.51 - Tél. freebox : 08.72.15.38. 51
mail : acrhone@no-log.org - web : http://www.acrhone.lautre.net


Agenda

<<

2017

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301