déclaration liminaire FPMA (mouvement intra) du 19 juin 2012

mardi 19 juin 2012

Déclaration lue par nos élu-es en CAPA des certifié-es et AE lors de la FPMA consacrée au mouvement intra académique des agrégé-es, certifié-es et AE.

A l’occasion de cette FPMA consacrée au mouvement des personnels enseignant, SUD éducation tient à dénoncer les suppressions massives de postes dans l’éducation : 13000 au niveau national, 100 dans les collèges et lycées de l’académie alors que le nombre d’élèves augmente. En effet, elles accroissent considérablement la pénibilité du travail des personnels (augmentation du nombre d’élèves par classe, multiplication des temps partagés sur plusieurs établissements et des mesures de carte scolaire...) et dégradent les conditions d’étude des élèves. Elles sont alors un frein aux demandes de mutation des collègues.

Elles s’inscrivent aussi dans la destruction de certaines filières (STI2D...) obligeant nombre d’enseignant-es à quitter leur poste voire leur discipline.

Elles bloquent la stabilisation des remplaçant-es, souvent condamnés à exercer sur plusieurs établissement. Nous notons par ailleurs qu’elles ont accompagné la destruction des possibilités de remplacement de courte durée, les TZR étant très majoritairement affectés à l’année. Il est alors fait appel à des contractuel-les aux missions de plus en plus courtes, condamnés de facto à une précarité grandissante.

Nous savons désormais que les stagiaires bénéficieront cette année d’un allègement de service de 3 heures. C’est un premier pas sans doute, il reste très insuffisant pour se mettre en conformité avec les décisions du conseil d’État saisi par plusieurs organisations syndicales dont SUD éducation. Il ne permet toujours pas une véritable formation tout en maintenant majoritairement le blocage des postes au mouvement.

Par ailleurs, SUD éducation tient à rappeler son opposition au dispositif ECLAIR qui réduit les moyens alloués aux quartiers populaires, renforce les pressions hiérarchiques. Ainsi, le recrutement en ECLAIR s’effectue directement par les chefs d’établissement ou des commissions ad hoc mais hors du mouvement général des personnels. Nous constatons toutefois que cet n-ième mouvement spécifique ne rencontre pas le succès escompté auprès des collègues, prouvant ainsi leur résistance à ce dispositif dangereux. En effet, il divise encore les personnels (primes différenciées) et favorise les expérimentations douteuses. C’est aussi l’occasion pour nous de dénoncer la caporalisation des personnels renforcée par la réforme de la notation des personnels - même si cette dernière est appelée à disparaître bientôt - ainsi que le fichage des élèves.

En conséquence, SUD éducation exige d’autres mesures immédiates pour la rentrée 2012, car c’est un vrai plan d’urgence qui s’impose :

- la restitution des 13 000 postes supprimés dont les 100 des collèges et lycées de l’académie.
n Pour les stagiaires, pas plus du tiers du temps de service face aux élèves accompagné d’une véritable formation initiale,
- L’abrogation de la Mastérisation,
- L’abandon des ECLAIR et la restitution des moyens perdus par les établissements en REP,
- L’abandon de la réforme du lycée,
- L’abrogation de la réforme de l’évaluation des personnels,
- La suppression du LPC (Livret personnel de Compétences)
- La suppression de tous les systèmes de fichage centralisés (Base-élèves, BNIE, Sconet...),
- La titularisation de tous les personnels précaires.

Au delà, SUD éducation participera évidemment à la construction du rapport de force permettant d’imposer ces changements.


Documents joints

PDF - 105 ko
PDF - 105 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456

Brèves

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)