Lettre au Ministre

Collectif de soutien aux victimes de la répression du mouvement lycéen
jeudi 9 juin 2005

le 8 juin 05

Monsieur le Ministre,

à l’occasion de votre prise de fonction à la tête du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le Collectif de soutien aux victimes de la répression du mouvement lycéen souhaite vous rencontrer rapidement, pour solliciter votre intervention sur un dossier grave : la répression judicaire et administrative à l’égard du mouvement lycéen.

Lorsque votre prédécesseur, Monsieur Fillon a proposé sa loi d’orientation, les lycéens ont commencé à se mobiliser contre ce projet, l’analysant comme porteur de plus d’inégalité, et demandant son retrait, ainsi qu’un investissement budgétaire pour créer les postes nécessaires et aider financièrement les lycéens. Ils n’étaient d’ailleurs pas les seuls, puisque cette loi a fait la quasi unanimité des personnels, des parents et des lycéens contre elle. Même le Conseil constitutionnel l’a censurée.
Ce mouvement est rapidement devenu très fort, rassemblant jusqu’à 200 000 lycéens au niveau du pays.

Bien q’ayant concédé la suspension de la réforme du Bac, Monsieur Fillon, au lieu de recevoir les lycéens dans la diversité de leurs organisations, et de discuter avec eux de leurs revendications, a préféré faire passer la loi sans débats.

Lorsque, notamment le 8 mars, les lycéens ont été confrontés dans les manifestations à des agressions violentes de la part d’autres jeunes, sous les yeux bienveillants des forces de l’ordre, ils ont été amenés à diversifier leurs actions et à occuper des établissements scolaires et des lieux symboliques.

La réponse de Monsieur Fillon a été un appel à la répression de ce mouvement, dont la détermination n’avait d’égal que la responsabilité et les pratiques pacifiques
Cet appel à répression a été largement entendu par les forces de l’ordre et par une partie de l’appareil judiciaire, si on en croit le nombre et la violence des interpellations, des gardes à vue, le nombre de personnes poursuivies, les entorses graves aux droits de la défense (refus d’entendre les témoignages, expulsions violentes du tribunal...), et la lourdeurs des peines déjà prononcées, de la prison ferme ou avec sursis et des amendes énormes, pour des jeunes qui ne font que demander l’égalité et la justice. Quelle image de la justice, et de la démocratie est ainsi donnée à la jeunesse et à l’opinion ? Nous recevons de nombreux témoignages de stupéfaction et de condamnation de ces pratiques ainsi que de soutien à ces jeunes si lourdement et si injustement réprimés.

Monsieur le Ministre, vous pouvez choisir de ne pas avoir à assumer la continuité d’un conflit très mal géré par votre prédécesseur, qui a choisi la répression au lieu du dialogue et qui n’a pas été repris dans le nouveau gouvernement pour s’être aliéné ces lycéens, citoyens et électeurs de demain.

Vous avez fait savoir que vous entendiez user de la concertation et du dialogue. Une de vos premières décisions a été de retirer du calendrier ministériel les projets de décrets que votre prédécesseur avait programmés afin d’achever le passage en force de sa loi (CTP, CSE). Nous sommes convaincus que, parallèlement, vous aurez à cœur d’intervenir, aux niveaux que vous jugerez bons, pour le retrait des poursuites et des sanctions à l’égard des lycéens, et pour que dans les établissements, aucun jeune ne soit sanctionné pour sa participation au mouvement.

Nous vous demandons de bien vouloir recevoir le Collectif de soutien aux victimes de la répression du mouvement lycéen, qui est soutenu par une cinquantaine d’associations et d’organisations de parents d’élèves et syndicales, ainsi que par des personnalités de tous horizons.

Dans l’attente d’une réponse que nous espérons favorable, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations

Pour le collectif :

Premiers signataires : Coordination lycéenne, AC !, Act Up-Paris, ADEL 93, Alternative Libertaire, Attac France, CGT 92,
CGT Educ’Action - 94, CGT-Paris, CNT-FTE, CNT-FAL, Collectif Bella Ciao, Compagnie Jolie Môme, DAL, Droit d’entrée, Emancipation, fraction l’Etincelle de LO, FA, FCPE Ile de France, FIDL, FSE - Paris I, FSU, Groupe CRI, IPAM, JC, JCR, LCR, LDH, LO, MRAP, No Pasaran, Offensive Libertaire et Sociale - Paris, PCF, Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires - RP, SCALP-Reflex, SNES Créteil, Souriez vous êtes filmés, Fédération SUD Education, SUD-Etudiants, UGICT-CGT 94, UNEF, Union Syndicale Solidaires, UNIR, UNL, les Verts, Voie Prolétarienne - journal Partisan


Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)