" Gardiens de la paix " ???

Témoignage d’une intervention policière au lycée Faÿs de Villeurbanne, le 24/03
vendredi 24 mars 2006

Ce matin très tôt (5h30) et comme prévu (tout le monde le savait), les
lycéens ont bloqué
l’entrée du lycée Faÿs à Villeurbanne à tous les personnels et lycéens,
pacifiquement et dans une ambiance détendue. Personne n’a voulu entrer ; ni
personnel, ni éventuels lycéens désireux de suivre des cours, ni même 5
candidats à la VAE venu passer leur examen : respect commun pour la sagesse, la
détermination, le calme et le courage des élèves.

Ils
n’ont de fait, empêché personne
de travailler, de toute façon, sans lycéens, dans un lycée... nous étions
bien mieux dehors, même sous la pluie.

Le proviseur (non autorisé par le Rectorat à fermer son établissement)
a appelé la police.

Des personnels
se sont mis en
protection devant les gamins (une douzaine ?) lorsqu’ils ont vu débarquer
plusieurs cars avec des
policiers nationaux en surnombre, surarmés, casqués, bottés (comme des CRS,
mais ce ne sont pas des CRS. Apprenez ces petites subtilités en venant
protéger vos élèves). D’autres se sont approchés des fonctionnaires de
police pour leur demander, le plus poliment du monde, ce qu’il avaient l’intention de faire.

En enfilant casques, bottes, matraques, boucliers etc. ils leur ont
répondu qu’ils allaient "pousser les lycéens gentiment". Ce à quoi les personnels ont
rétorqué « eh bien nous les protègerons gentiment » rejoignant leurs
collègues placés devant la douzaine de lycéens.

Une douzaine de fonctionnaires de l’
éducation nationale devant une douzaine de lycéens devant une grille. Aucun
« casseur », aucun « provocateur », aucune invective, aucun geste déplacé.
Quelques simples appels, véhéments mais polis à la raison.

Ils nous ont chargés.

Certains d’entre-nous ont
été molestés, blessés (lycéens, personnels). Ils ont menacé physiquement
des enseignants expérimentés qui ont osé leur signifier leur brutalité.

Une fois la tâche des gardiens de la paix accomplie, aucun des personnels
présents (ouvriers, personnels administratifs, d’éducation, enseignants, y
compris le facteur venu livrer un colis qui est parti en exprimant sa honte), n’a voulu pénétrer dans un lycée ouvert par la police piétinant leurs élèves
et leurs collègues.

Les gardiens de la paix ont gardé une porte ouverte par laquelle personne ne
voulait passer.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)