Rentrée 2006 à l’école élémentaire de Savigneux : inauguration ou fermeture de classe ? Les deux mon Général !

SUD relaie le message des parents d’élèves et soutient leur lutte
vendredi 1er septembre 2006

Vous y voyez une contradiction ? En l’état actuel c’est pourtant la réponse des services de l’inspection académique... Ou comment faire des économies de bout de chandelles sur le dos des petits, avec un des décomptes iniques, jusqu’au fin fond des petits villages de l’Ain.



La logique du comptable

Le comptage des élèves a été effectué ce mardi 28 août par l'inspecteur himself. Tous les élèves inscrits étaient présents ou excusés ce qui montre l'intérêt des parents pour la rentrée dans cette nouvelle école flambant neuve ! Quelle joie d'inaugurer ces nouveaux locaux dans notre petite commune ! une joie qui risque malheureusement de se transformer très rapidement en angoisse, et pour de longues années qui plus est.

152 élèves sur 164 ont été « qualifiés » pour le calcul de la répartition. Sous ce terme barbare, sont regroupés les élèves qui « comptent » dans l'école, soit une moyenne de 25.33 élèves par classe sur 6 classes. Et devinez quoi ? Le seuil étant de 26 pour obtenir le maintien de la 7éme classe, celle-ci devrait donc être supprimée. Ah c'est ballot alors ! Pour préserver l'école des restrictions, des classes surchargées, il ne manque donc en tout que 4 enfants, soit, en langage Académique 0.667 enfant par classe !


Heureusement l'Académie pense à tout, histoire de ne pas rouvrir et fermer tous les ans des classes, et l'an prochain, promis, ce problème ne se renouvellera pas, ni dans les années à venir d'ailleurs ! En effet, du fait des différences entre seuils d'ouverture et de fermeture, il faudra 16 enfants de plus l'an prochain pour espérer une réouverture, autant dire chose impossible. Bien joué l'Académie ! L'Académie qui doit pourvoir à l'égalité des chances de nos enfants dans le domaine de l'éducation, se fait l'exécuteur zélé des politiques libérales qui saignent le service public d'éducation! Tout cela répond à une logique dont nos enfants vont être les victimes.


La réalité pour nos enfants

Les moins de 3 ans ne sont pas retenus pour le calcul de la répartition, ils ne sont pas « qualifiés » pour l'école. Bien joué M.l'inspecteur de circonscription ! Et pourtant, vus de Savigneux, les moins de 3 ans ont pourtant l'air de vrais enfants (si si !). Et à Savigneux, la décision a été prise de leur offrir une place à l'école, d'accueillir TOUS les enfants ! Avec 164 élèves sur 6 classes, la répartition moyenne réelle est donc de 27.33 élèves par classe. Le seuil de maintien de la 7e classe est donc largement atteint. Il faudrait juste que l'Académie, en ces jours de rentrée des classes, se souvienne de ce qu'est un enfant. Qu'elle révise quoi... Mais là encore, logique comptable contre qualité du service public d'enseignement, il y a ceux qui s'investissent et ceux qui trichent !


CM1/CM2

CE2/CM1

CP/CE1

GS/CP

MS/GS

TP/P

5/21

16/9

7/20

5/22

21/8

12/18

26

25

27

27

29

30


Comme on peut le voir, une école à 6 classes c'est surtout deux classes maternelles surchargées ! Bon courage à l'équipe d'enseignantes et d'assistantes qui vont s'en occuper et surtout bonne chance aux enfants pour trouver tout de même du plaisir à venir a l'école. Mais la maternelle n'est pas la seule concernée, une 7éme classe permettrait d'améliorer la répartition des 6 premiers niveaux de l'école, de la maternelle au CE1. C'est sans doute dans ces premières années d'école que se joue une part importante de l'avenir de nos enfants.

Peut être les enfants en petite section apprendront-ils plus vite à compter jusqu'à 30 ? A moins que ce ne soit une formation précoce à la promiscuité ? En tous les cas ils ne disposeront pas de conditions satisfaisantes d'accueil. C'est ballot ! Mais bon, l'essentiel est de faire des économies, ils doivent le comprendre tôt !



Le partage de la pénurie

On vante partout l'importance des apprentissages fondamentaux, vivre en société, lire, écrire, compter. Encore faut-il donner aux écoles les moyens d'assurer correctement leurs missions. Face à cette évidence, l'académie nous oppose le peu de moyens disponibles et le grand nombre d'écoles ou des problèmes se posent cette rentrée. La situation serait, dit-on, pire ailleurs. Faudrait-il donc se contenter de partager la pénurie et espérer que cela ne se dégrade pas trop rapidement pour l'an prochain ? Et si le discours était le même dans toutes les écoles ? Et si tous les parents d'élèves refusaient en bloc cette organisation de la pénurie ? Est-ce à nos enfants de souffrir de choix politiques et budgétaires désastreux, ou à nos politiques d'adapter les moyens aux besoins ?


Des raisons supplémentaires pour ne pas se résigner

La construction toute récente de notre nouvelle école, est la réussite d'un objectif de premier plan pour une commune rurale comme la nôtre : donner à ses enfants un cadre idéal pour une meilleure réussite scolaire. C'est un engagement financier de 2 millions d'euros pour la construction, et de 70 à 80 mille euros par an pour les frais et les salaires des assistantes et des agents qui y sont rattachés.

En assumant ce choix, nous, habitants de Savigneux, faisons un effort financier important à l'échelle de la commune dont l'éducation nationale profite à bien mauvais escient. En effet, au lieu de nous assurer de son soutien, elle profite de ces locaux pour entasser un peu plus nos enfants !


Une trentaine de nouveaux logements sont prévus cette année à Savigneux. Si les prévisions se confirment, l'école pourrait accueillir quelques enfants supplémentaires l'an prochain ; assez pour maintenir 7 classes si elles existent mais pas assez pour en regagner une si l'on descend à 6 classes. Nous devons donc nous mobiliser cette année.


Même si l'on cherche à nous décourager, nous avons le droit d'exprimer notre désaccord avec les choix que l'on nous impose et de manifester notre intérêt pour notre école.


Quels moyens pour agir ?

La décision ultime de l'académie sera prise le 6 septembre.

D'ici-là, courriers ou appels aux services académiques, contacts avec la presse -un article paru dans le progrès, voire pièce jointe-, recherche de soutien, actions des parents.


Quoiqu'on en dise et quels que soient les moyens retenus, tout dépendra de notre mobilisation pour faire valoir nos arguments. Il en va de l'avenir scolaire de nos enfants pour les années à venir.


Alors après l'assemblée générale des parents, vendredi 1er Septembre, opération classe sauvage lundi 4 Septembre à 16H30 et conférence de presse. Venez nombreux !




Portfolio

JPEG - 610.3 ko