REP+ : non à la prime au mérite !

Communiqué de la Fédération SUD éducation
vendredi 6 juillet 2018

Dans un communiqué en date du 2 juillet, le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé le versement d’une prime de 1000 euros net aux seuls personnels fonctionnaires titulaires exerçant en REP+. Pour le reste de la prime de 3000 euros annoncée par le candidat Macron durant la campagne présidentielle, le projet du ministre est simple : rémunérer les enseignant-e-s au mérite, par “l’adossement d’une partie de cette indemnité aux progrès des élèves et à l’accomplissement du projet d’école et d’établissement”.

SUD éducation refuse ce projet pour plusieurs raisons :

- La rémunération au mérite fait partie du vaste projet managérial promu par le ministre Blanquer. Il entre en cohérence avec d’autres annonces, comme le recours accru à la contractualisation ou la suppression du paritarisme : il s’agit d’une mise en concurrence des personnels dans l’objectif supposé d’améliorer les résultats. Pour SUD éducation, cette logique de concurrence va au contraire entraîner l’augmentation de la souffrance au travail et a pour objectif la mise au pas des personnels.
tous les personnels qui travaillent en REP+ doivent être concernés : administratifs, de vie scolaire et ouvriers, titulaires ou contractuel-les doivent avoir les mêmes droits.

- Par ailleurs, SUD éducation refuse la logique indemnitaire et revendique l’intégration des primes et indemnités aux salaires. SUD éducation refuse cet accroissement des inégalités salariales et revendique une hausse des salaires pour tous les personnels qui tende vers l’égalité salariale.

- Ce n’est pas ce projet de prime au mérite qui va améliorer la stabilité des personnels en REP+. Pour améliorer les conditions de travail des personnels et les conditions d’apprentissages des élèves en éducation prioritaire, SUD éducation revendique une diminution du temps de travail pour tous les personnels, du temps de concertation pour les équipes, la baisse des effectifs par classe.

- Les élèves ne sont ni des marchandises ni des produits qu’il faudrait rentabiliser. Rémunérer en fonction des soi-disant “progrès des élèves” envisagés à l’aune d’une orientation pédagogique réactionnaire remet en cause la liberté pédagogique et induit la standardisation conservatrice des pratiques de classe.


Brèves

19 novembre 2014 - EXPULSIONS ILLEGALES A LYON : LA PREFECTURE HORS LA LOI !

Communiqué du DAL
Paris le 18 novembre 2014
LYON : réquisition populaire d’un immeuble vacant (...)

30 mars 2014 - COMMUNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L’URGENCE SOCIALE DU 27/03/2014

COMMUNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L’URGENCE SOCIALE
COMMUNIQUE DU 27/03/2014
En 2009, quand (...)

16 décembre 2013 - Communiqué de soutien des parents de l’école des Tables Claudiennes au collectif de la Croix Rousse pour le logement des enfants SDF et de leur famille.

Depuis plusieurs mois les luttes et mobilisations pour soutenir des familles avec enfants qui (...)

12 décembre 2013 - Familles sans logement : Jusqu’à quand l’état fermera les yeux ? Communiqué de la CNT Education 69.

La CNT Education 69 tient à apporter son soutien aux parents d’élèves et aux enseignants qui (...)

26 novembre 2013 - Décisions votées par l’Assemblée Générale de L’université Lyon 2 réunie le mardi 26/11 à Bron (Lyon II) :

Décisions votées par l’Assemblée Générale réunie le mardi 26/11 à Bron (Lyon II) :
Revendications et (...)