Courrier de Sud Rhône à M. Fillon

mercredi 29 septembre 2004

Lyon, le 17 septembre 04

A Monsieur le Ministre
de l’Education Nationale

A Monsieur le Recteur
de l’Académie de Lyon

Situation de notre collègue Roland Veuillet

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Recteur,

Comme vous le savez, notre collègue Roland Veuillet, CPE au lycée Jean Perrin, entre dans sa troisième semaine de grève de la faim. Il proteste contre la mutation disciplinaire qui l’a conduit de Nîmes à Lyon en septembre 2003. Cette sanction est le résultat d’une procédure qui ne s’est manifestement pas déroulée dans les conditions normales. Notre collègue a été sanctionné arbitrairement, pour avoir refusé le remplacement de maîtres d’internat grévistes par des « maîtres au pair », c’est-à-dire par des élèves majeurs. Il a donc refusé un ordre qui était, tout simplement, illégal, et si quelqu’un, dans cette affaire, a porté atteinte à la sécurité des élèves, ce n’est pas Roland Veuillet, qui a simplement défendu le droit des salariés à se mettre en grève.

Le dossier de ce conseil de discipline a été entièrement fabriqué par le chef d’établissement, en particulier grâce à de faux témoignages. Le procès verbal de ce conseil de discipline a ensuite été falsifié par le Recteur de l’Académie de Montpellier, afin de renforcer l’accusation et de minimiser les éléments qui disculpent notre collègue.

Roland Veuillet réclame l’annulation de la sanction qui le frappe, et l’ouverture d’une enquête administrative, contradictoire et publique. SUD éducation Rhône soutient ces deux demandes. Nous connaissons très bien Roland Veuillet, qui est un militant chevronné, parfaitement déterminé et absolument inflexible. Après les 5000 kilomètres de ses « arbitrairathons », il est tout à fait capable de se laisser mourir de faim devant le ministère.

Il nous semble donc indispensable, à l’heure ou de grands médias nationaux et divers groupes politiques commencent à s’intéresser au combat de notre collègue, de travailler à sortir de cette crise. Nous ne comprenons pas, par exemple, en quoi l’ouverture d’une enquête administrative poserait problème, dans un pays démocratique, au sein d’une administration qui estime ne rien avoir à se reprocher dans cette affaire. Le refus de cette demande laisserait plutôt penser que quelqu’un aurait quelque chose à cacher. Par ailleurs, il n’est pas exceptionnel de voir la mise en place d’une enquête administrative s’accompagner d’une suspension de la sanction, jusqu’à la publication des résultats.

Quelle que soit l’évolution de ce dossier, nous resterons mobilisés contre l’arbitraire et la répression, pour la défense du droit du travail et du droit de grève. Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, Monsieur le Recteur, en notre attachement au service public d’éducation nationale,

Pour SUD éducation Rhône,
la Secrétaire,

Hélène Pernot


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)