Ce soir les parlementaires nous mettent le feu !

Communiqué de SUD Culture contre la criminalisation du rap
mardi 29 novembre 2005

Communiqué de SUD Culture suite à la saisie du Garde des Sceaux par plus de 200 parlementaires qui demandent des poursuites à l’encontre de chanteurs et groupes rap accusés d’inciter les jeunes à la haine et à la violence ... et d’être à ce titre responsables des événements de ces dernières semaines dans les banlieues !

Suite aux événements de ces dernières semaines dans les banlieues, plus de 200 parlementaires viennent de saisir le Garde des Sceaux afin que soient engagées des poursuites à l’encontre de chanteurs et de groupes de rap accusés d’inciter les jeunes à la haine et à la violence.

SUD Culture s’indigne d’une telle démarche qui s’inscrit dans une surenchère populiste visant à déplacer sciemment les problématiques sociales soulevées ces dernières semaines vers les thèmes de prédilection de l’Extrême droite dans l’optique des prochaines échéances électorales.

Après les immigrés, c’est au tour d’artistes - qui a aucun moment ne sont intervenus ces dernières semaines pour encourager l’action violente - d’être désignés comme " incendiaires de nos banlieues ".

La chanson française, à l’instar d’autres secteurs culturels, n’a pas attendu l’émergence de la culture hip-hop et du rap pour engendrer une multitude d’œuvres appelant tout autant à la violence, à la sédition, au mépris de l’armée et de la police... nombre d’entre elles font même désormais partie de notre patrimoine culturel.

Ces mêmes parlementaires comptent-ils faire retirer de la vente certaines chansons de Ferré, Brassens, Renaud... ? " Le déserteur " sera-t-il de nouveau interdit sur les ondes comme lors de sa sortie dans une période sombre de notre histoire contemporaine où régnait la censure... et l’Etat d’urgence ?

Pour l’heure, nous osons encore croire que non !

Dès lors, le principal tort des rappeurs ne serait-il pas d’avoir un faciès trop métissé à l’instar de cette jeunesse dont ils portent toutes les frustrations et toutes les attentes ?

Décidément, il est grand temps que les responsables politiques de notre pays mettent un terme à l’escalade nauséabonde à laquelle nous assistons et qu’enfin ils s’attellent à la mise en œuvre d’une politique nationale apte à résoudre la crise vécue dans les quartiers populaires. Politique qui ne passe ni par la répression, ni par la provocation, ni par l’utilisation démagogique et électoraliste de ces difficultés sociales.

Paris, le 25 novembre 2005

SUD Culture (Union syndicale Solidaires)


Agenda

<<

2020

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)