brevet 2011 : marre d’être pris pour des pions : la grève au lieu de la pollution.

vendredi 24 juin 2011

L’organisation des examens par l’État confine de plus en plus à l’absurde. Après les épisodes tragi-comiques du bac, voici ceux du brevet (DNB).

Des enseignant-es de Villeurbanne sont convoqué-es pour corriger les épreuves du brevet (deux jours, et à 8h00 s’il vous plait) à Belleville (plus de 55 km) voire Ferney-Voltaire (143 km), des collègues d’Ambérieux à Bourg-en-Bresse (55km) d’autres de Vaulx-en-Velin à Ambérieux (33km) ou Thoissay (60km). Ce ne sont là que quelques exemples des affectations dites définitives, le rectorat ayant déjà revu une copie encore plus catastrophique à la suite de légitimes protestations

A l’origine de ces aberrations, il y a le passage d’une gestion départementale à une gestion académique de l’organisation du DNB, la centralisation bureaucratique semblant être la nouvelle norme. Les affectations sont définies avec un « logiciel paramétré pour une distance moyenne de 50 km » entre le domicile et l’établissement d’exercice et le lieu de correction selon un courrier daté du 23 juin 2011 du secrétaire général de l’académie qui précise que « des écarts type résiduels peuvent se présenter » alors même que le chef de la division des examens et concours s’engageait à ne pas affecter les correcteurs/rices à plus de 50 km dans un courriel daté du 20 juin adressé aux chefs d’établissement (voir pièces jointes).

Si l’on compare la situation actuelle avec les années précédentes (convocation vers le lieu de correction le plus proche de l’établissement d’exercice), il semble que la modernité soit de faire compliqué quand on peut faire simple.
Cette décision aura pour conséquence une explosion des frais de déplacement alors qu’on ne cesse d’organiser la restriction budgétaire.
Elle entraînera de facto une hausse des pollutions que le gouvernement prétend combattre.
Elle fragilise et infantilise un peu plus les personnels de l’éducation à l’heure où les stagiaires sont jeté-es, sans formation sérieuse, à plein temps devant les classes sans parler de la suppression des RASED ou de la mise ne place des ECLAIR.

En conséquence, SUD éducation maintient le préavis de grève déposé le 19 juin 2011 et appelle les enseignant-es à la mobilisation collective et à la grève. Que les responsables, qui ne sont certainement pas les personnels du rectorat de la division des examens, assument leur gestion calamiteuse, les personnels n’ont pas à l’assumer ni à la subir.

PDF - 108.8 ko
preavis de grève examens
PDF - 164.5 ko
affiche greve examens
JPEG - 598.9 ko
courrier du 23 juin 1/2
JPEG - 383.9 ko
lettre du 23 juin 2/2
JPEG - 284.8 ko
courriel du 20 juin

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Brèves

23 janvier 2016 - [sécuritaire] Des portiques de sécurité au lycée

Et on continue. Wauquiez, nouveau président de notre nouvelle région Rhône Alpes Auvergne compte (...)

5 juin 2010 - Choisir ses manuels scolaires : marchands d’armes ou de bananes ?

Il y a peu, j’épluchais les nouveaux manuels de 5e de français. Nouveaux programmes, les manuels (...)

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)