Un enfant si je veux quand je veux

Riposte aux anti-IVG
mercredi 12 avril 2006

Un groupe d’individus membres d’orgas ou non s’est réuni une
premiere fois pour organiser une riposte aux rassemblements anti IVG.
nous vous invitons à une réunion le mercredi 12/04 à 19h30 au CUL
44 rue burdeau Lyon 1er pour la préparation d’une action contre le
rassemblement du samedi 22. Veuillez trouver ci-joint le tract fais
lors de la 1er réunion.

Voilà plus de 30 ans maintenant que l’avortement est légal en France, et il reste encore des groupuscules intégristes pour s’y opposer. Depuis quelques mois déjà, des membres de « SOS tout petit » se réunissent pour prier devant l’Hotel Dieu, brandissant des photos de foetus avortés et bénissant le trottoir à l’eau bénite. Devant l’apparition sur la place publique de ces idées profondément liberticides, il est temps de redire encore pourquoi le droit à l’avortement est un droit fondamental.

- Parceque personne n’a le droit de décider à notre place de ce que nous faisons de notre corps. Le foetus fait partie du corps de la femme, c’est donc à elle que revient le droit de choisir le devenir de ce foetus. De même que c’est à chacun de choisir ses pratiques sexuelles librement qu’elles soient homos, heteros, onanistes ou autres. C’est notre liberté, élémentaire et inaliénable.

- Parceque l’avortement est pratiqué depuis la nuit des temps et dans tous les pays du monde, le plus souvent clandestinement et dans des conditions sanitaires execrables, à coup d’aiguille à tricoter ou de tournevis. Aujourd’hui encore une femme meurt toute les 6 minutes des suites d’un avortement clandestin dans le monde. Alors que l’IVG est une intervention chirurgicale absolument bénigne et sans aucuns risques !!!
Voilà à quoi mène l’obscurantisme religieux, 80 000 mortes par ans !!!

En sachant tout cela, les groupes anti-ivg osent encore brandir des photos de foetus en criant au génocide, alors que si génocide il y a, ce n’est pas celui d’embryons à peine formés mais celui de ces 80 000 femmes qui meurent chaques années dans d’horribles souffrances à cause de la morale puante de tout les religieux et moralistes de cette planète.

Et nous devons nous battre encore parceque même si l’avortement est legal et que les groupes anti-ivg sont ultra minoritaires, tout n’est pas encore gagné :

Près de la moitié des services gyneco-obstetriques publics francais ne pratiquent pas l’Interruption Volontaire de Grossesse, de plus le nombre de médecins formés à l’IVG et à la gynécologie decroît d’années en années. Aujourd’hui encore, 5000 femmes par ans sont contraintes d’aller avorter à l’étranger, ayant dépassé les délais légaux, bien souvent à cause du manque de place dans les hopitaux français. On ne peut donc pas dire que l’IVG est libre d’accès à toute les personnes qui le souhaiteraient.
Pour ce qui est de la gratuité on est encore loin du compte, au vu du manque de disponibilité des hopitaux publics, 36% des avortements en france ont lieu dans des cliniques privées, ce qui induit donc un coup non négligeable, limitant donc l’accès à l’IVG au personnes aisées financièrement. Le problème est le même quand il faut partir à l’étranger.

Enfin, l’avortement n’est pas un moyen de réduction des naissances, il ne devrait être qu’un dernier recours. Et pour cela il faut developper le plus possible la contraception :

Il est totalement faux de parler aujourd’hui, en France, d’une contraception libre et gratuite :
Il existe énormement de moyens contraceptifs différents, (pillule, préservatifs feminins et masculins, diaphragme, éponge spermicide, cape cervicale, stérilet, et encore beaucoup d’autre à inventer...) de quoi touver une solutions pour chacunes(uns), or seulement 2 d’entres eux (pillule, preso masculin) sont présentés au grand public. Il n’y a donc pas de réel choix d’une contraception.
Quant à la gratuité, il n’y a que certaines pillules qui sont remboursées : les plus classiques et les moins chères. Or de nombreuses femmes ne supportent pas ces pillules et sont donc contraintes de payer leur traitement (environ 30 € les 3 mois, ce qui fait 120 € par an, il est évident que tout le monde ne peut pas se le permettre). Tous les autres moyens contraceptifs ne sont pas remboursés, et sont même parfois impossible à trouver en france. Le diaphragme par exemple ne se vend pas en France alors que c’est la contraception la plus utilisée aux Etats Unis.

Avortement, contraception,
Libre et gratuit !


Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123