Solidarité ou rapport de forces ?

samedi 19 juin 2004

Collège Saint-Exupéry, Lyon, mai 2004.

Une documentaliste vacataire voit sa dernière heure prochaine (200 heures maximum par an). Pétition dénonçant le (mauvais) sort fait aux vacataires, en général, et les "dommages collatéraux" induits (elle est engagée dans de nombreux projets pédagogiques). Rapidement, soixante-dix signatures sont recueillies (collège et lycée). Le rectorat est contacté par voie hiérarchique et la pétition transmise. Une intervention au rectorat est programmée pour la fin de la semaine. Une poignée de jours après, notre collègue est contractualisée sur un mi-temps allant jusqu’à fin juillet. Elle n’aura donc pas droit à des indemnités chômages, elle ne peut avoir recours aux "services" de l’A.N.P.E. et, pire, son avenir est plus qu’incertain. Ceci montre deux choses : d’abord que la solidarité est efficace, ensuite qu’elle n’est pas encore suffisante pour modifier le rapport des forces.


Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234