Ni à Meyzieu, ni ailleurs : NON aux prisons pour mineurs !

Manifestation samedi 17 Juin 14 h
jeudi 8 juin 2006

Il est prévu de construire à Meyzieu en 2006 un Établissement Pénientiaire pour Mineurs (EPM) de 60 places qui viendrait s’ajouter ( sans les supprimer) aux quartiers des mineurs déjà existants dans les maisons d’Arrêt (traditionnelles). Sur la France, c’est 400 places qui vont se construire dans 7 Établissements Pénitentaires pour Mineurs !

Une prison pour mineurs : qu’est ce que c’est ?

Une forteresse qui symbolise la puissance de l’Etat : un mur d‘enceinte de 6 mètres qui a pour but de rappeler en permanence l’emprisonnement aux mineurs qui sont enfermés, mais un mur sans miradors, pour rassurer la population locale. Les adolescents seront au nombre de 60, âgés de 13 à 18 ans, prévenus ou condamnés, garçons ou filles. Un quartier disciplinaire de 4 cellules est également prévu.
Selon le cahier des charges, « c’est véritablement une prison où tout est construit autour d’un projet éducatif » Educative, une prison ! Faudra-t-il aller en prison pour bénéficier d’une scolarité, d’activités sportives et socioculturelles ?
D’ailleurs, le coût de ces prisons est exorbitant : plus de 10 millions d’euros pour un seul EPM. A ce prix là, combien de postes d’éducateurs, de places en lycée technique, de familles d’accueil... ?

Le retour à une logique d’enfermement...qui ne marche pas

Jusqu’en 1945, les mineurs délinquants étaient enfermés (bagnes pour enfants, colonies pénitentiaires, maisons de correction...), ceci sans succès. Dans les années 70, les derniers centres fermés furent supprimés en raison de leur inefficacité (violence, échec de l’insertion des jeunes à leur sortie, etc...)

70 % des jeunes qui passent en prison récidivent alors que les centres éducatifs ouverts ont un taux de réussite de plus de 60 % !

Depuis quelques années, la tentation d’un retour en arrière dans le traitement de la délinquance des mineurs est bien réelle : création de centres d’Education Renforcée, Centres Educatifs fermés, pour aboutir à la création des Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs.
Nous craignons que la création des prisons pour les enfants n’influence la manière dont la justice va répondre à la délinquance des mineurs : si des places sont crées, il va bien falloir les rentabiliser et donc les remplir, c’est la loi de l’offre et de la demande !

Une logique répressive et non pas éducative

Les poursuites systématiques, l’incarcération ou la mise à l’écart dans des structures spécialisées deviennent le mode habituel de prise en charge des mineurs. Un tel traitement de la délinquance témoigne d’une réponse à court terme.
Il ne s’interroge pas sur les causes sociales et économiques de ces passages à l’acte. Ces EPM donnent une réponse immédiate et simpliste à des actes commis par des adolescents qui sont eux même dans l’immédiateté, sans prendre en compte le temps nécessaire à leur construction. L’objectif est d’obtenir une paix sociale sans se soucier de l’avenir de ces enfants !

Des causes socio économiques qui ne trompent pas !
C’est la politique de tolérance zéro qui est mis en pratique en direction des plus pauvres, avec l’idée que « qui vole un oeuf vole un boeuf ». La composition de la population carcérale ne laisse rien au hasard. Population majoritairement jeune, originaire d’Afrique et ouvrière (ou fils et filles d’ouvriers). Ces nouvelles prisons sont avant tout destinées aux jeunes privé-e-s de toute perspective de vie valorisante. On ne se soumet pas à un système qui humilie et qui rabaisse, qui ne laisse que très peu de perspectives.

Manifestation à Meyzieu le samedi 17 Juin à 14 h
Départ Place Burignat

(métro Laurent Bonnevay, Bus 67 en direction de Meyzieu. Arrêt centre ville)


Agenda

<<

2017

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301