Convention des droits de l’enfant en danger ? Ecoles occupées pour le droit au logement !

L’occupation continue dans les écoles Victor Hugo, Michel Servet, Dru Painlevé, Giono sur Lyon. A l’heure où la préfecture commence à proposer au compte-gouttes des solutions pour l’hiver, n’hésitez pas à apporter vos témoignages et solidarités aux familles, collègues et parents des collectifs sur place !
jeudi 18 décembre 2014

Dans l’agglomération lyonnaise, à l’occasion du 25e anniversaire de la convention des droits de l’enfant, c’est une semaine de lutte des enseignants et parents pour porter assistance aux enfants SDF en danger qui se prolonge en 3ème semaine.
150 enfants scolarisés recensés par le collectif « Jamais sans toit » sont SDF et plus de 194 non scolarisés vivent dans les bidonvilles de l’agglomération lyonnaise. Au moment du 25ème anniversaire de signature la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, des établissements scolaires du Grand Lyon sont occupés depuis la nuit du 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, pour permettre aux familles de dormir au chaud et alerter une fois encore les pouvoirs publics sur ces situations dramatiques. Des solutions commencent à s’esquisser au compte-gouttes.

ACTION JAMAIS SANS TOIT : SOIRÉE FESTIVE DE SOUTIEN À L’ÉCOLE GIONO LYON 8ème

jeudi 18/12/2014

Une soirée festive est organisée à l’école Giono (14, rue Stéphane Coignet, Lyon 8ème)
une petite soirée festive de soutien aux enfants sans toit de l’école, après 4 semaines
d’occupation des locaux.

Il y aura un peu de musique (chanson trad et blues guitare - voix - banjo).

Il y aura aussi une cagnotte de soutien à remplir.

Vous pouvez apporter un petit quelque chose à manger et/ou à boire.

Bonne soirée !


TRUFFAUT, UN AN ET UN JOUR PLUS TARD : TOUJOURS UN SCANDALE !!

APPEL A RASSEMBLEMENT

JEUDI 18 DÉCEMBRE - 18h30

Le soir du 17 décembre 2013, une soixantaine d’habitants du 1er
arrondissement et de militants de l’agglomération envahissaient les locaux
de l’ex-collège Truffaut pour tenter d’obtenir sa réquisition afin de
mettre à l’abri durant l’hiver les centaines de sans logis qui ne
trouvaient pas de toit et que les pouvoirs publics délaissaient. Malgré
l’arrivée immédiate de la police sur les lieux, plusieurs centaines
d’habitants du quartier se sont rassemblées sur la place en soutien à
cette action.

Mais la Préfecture, comme la municipalité et le Grand Lyon sont restés
sourds à l’appel qu’elle portait.

Un an plus tard, alors que l’hiver arrive, des milliers de personnes
dans l’agglomération, dont nombre d’enfants, de familles, de personnes
âgées et pour certaines handicapées se trouvent toujours livrées aux
rigueurs de la rue et des intempéries, sans solution d ’hébergement.

Pendant l’année écoulée, les collectifs de soutien, les associations
et les militants ne sont pas restés inactifs face à l’urgence qui allait
se profiler à nouveau les mauvais jours venus. Une manifestation régionale
a rassemblé plus d’un millier de personnes à Lyon le 15 novembre dernier
et dans l’agglomération, plusieurs établissements scolaires sont
actuellement occupés par des familles, des parents d’élèves, des
enseignants à l’initiative du collectif « Jamais sans toit ». La
médiatisation de leur action leur a permis de rentrer un temps en dialogue
avec les autorités, mais pour n’obtenir à ce jour qu’un nombre beaucoup
trop restreint de propositions d’hébergement d’urgence (moins de 30% des
familles concernées se sont vu proposer une solution). Il y a pourtant
véritablement urgence : si quelques dizaines d’enfants sur les 194
recensés comme vivant dans la rue peuvent dormir à l’abri pour quelques
jours, c’est parce qu’une fois encore, des citoyens se mobilisent pour se
substituer à l’impuissance des pouvoirs publics. Au même moment, des
centaines d’autres personnes passent leurs jours et leurs nuits dehors,
tandis que les squats sont évacués illégalement les uns après les
autres....

Or, pendant ce temps, le collège Truffaut demeure scandaleusement vide
mais gardé et chauffé, tout comme il y a un an. Cette année encore, ce
n’est pas tolérable ! Exigeons-donc sa réquisition cette fois encore !

Le soir du jeudi 18 décembre, soyons des centaines et peut-être plus
encore, venus du quartier et de partout ailleurs, à nous rassembler Place
Morel, devant le collège Truffaut, pour exiger sa réquisition immédiate !
Manifestons bruyamment notre détermination dans un concert de casseroles
et autres objets sonores, en occupant l’espace public, en et en criant
notre colère et notre exigence de dignité. Cette fois, il ne sera pas
question de nous faire sortir : nous serons sur la place, bien déterminés
à y rester et à nous faire entendre. Nous habitons là et nous reviendrons
si besoin, tant que ne cessera pas le scandale de ces portes fermées
devant des gens sans abri !

Cette année, il n’y aura pas de ralliement préalable en un point autre
que la place Morel : Venez à 18h30, en vous acheminant librement vers la
place par un des six accès possibles. Venez avec votre exigence de
justice, votre capacité d’indignation, vos casseroles et votre
détermination !

SOLIDARITÉ AVEC LES PERSONNES SANS LOGEMENT ! RÉQUISITION IMMÉDIATE !

TOUT LE MONDE DEDANS !

Prises de parole sur place par les collectifs de soutien

Voisins, décorez vos fenêtres de slogans en soutien à l’action !! Tout le monde
dedans !


ACTION JAMAIS SANS TOIT : ECOLE GILBERT DRU, L’OCCUPATION SE POURSUIT

20/12/2014 À 18H30

SOIRÉE REPAS, MUSIQUE DANSE POUR LA POURSUITE DE L’OCCUPATION PENDANT LES VACANCES


REVUE DE PRESSE

- Le Point via AFP 17/12/2014 : Elèves SDF : à Lyon, des écoles occupées depuis un mois malgré des relogements
- Lyon Capitale 17/12/2014 : Collectif jamais sans Toit : “Collomb s’en fout”
- Lyon Mag 17/12/2014 : Lyon : nouveau rassemblement mercredi du collectif “Jamais sans toit ”
- MLyon 17/12/2014 : Lyon : l’occupation d’écoles pour loger des élèves SDF continue
- Lyon Capitale 16/12/2014 : Des logements d’instits vides pour les familles sans abri ?
- Libération : 11/12/2014 : Pourquoi aucun logement n’a été réquisitionné depuis un an
- Le Zèbre info : 10/12/2014 : En France, les SDF sont souvent des gosses, parfois même des nourrissons…
- France 3 09/12/2014 : Lyon : des familles sans logement dans l’ombre de la fête des Lumières
- Radio Scoop 09/12/2014 : Le Collectif Jamais sans Toit veut camper devant la Préfecture.
- Lyon Capitale 09/12/2014 : “Jamais sans toit” appelle à camper devant la préfecture
- La Voix du Midi 8/12/2014 : Pourquoi le 115 est en grève ce lundi
- Rebellyon.info 6/12/2014 : Ecole Victor Hugo : L’occupation se poursuit !
- Huffington Post via AFP 5/12/2014 : Grands froids : l’Etat pressé par le 115 de trouver des solutions pour les SDF
- Lyon Capitale 5/12/2014 : Jamais sans Toit : le dossier avance... doucement
- Blog Mediapart 5/12/2014 : "Une école à toit" : occupations d’écoles à Lyon
- Libération 4/12/2014 : Dans les rues de Lyon, le Samu social tente de faire face
- Lyon Capitale 4/12/2014 : Lyon : Jamais sans Toit appelle au rassemblement
- France Soir 3/12/2014 : Le prêtre Gérard Riffard jugé à Lyon pour avoir hébergé des sans-abris
- L’Humanité 2/12/2014 : L’acharnement de la justice contre le père Riffard
- Libération 2/12/2014 : Relaxé en première instance, un prêtre jugé en appel pour avoir hébergé des SDF
- Collectif Item, photos : Une Vie Française : Jamais Sans Toit
- Metronews 2/12/2014 : Lyon : le "curé des sans-papiers" jugé en appel
- Radio Scoop : Cinq écoles toujours occupées par les familles SDF (reportage à écouter en bas de l’article).
- France 3 2/12/2014 : Le père Gérard Riffard devant la cour d’appel à Lyon
- Mlyon 2/12/2014 : Justice : un prêtre jugé à Lyon ce mardi pour avoir hébergé des demandeurs d’asile
- France Bleue 2/12/2014 : Père Riffard : les magistrats lyonnais plus compréhensifs ?
- lagazette.fr 2/12/2014 : Enfants SDF : écoles occupées et en grève à Lyon
- Rue 89 Lyon : Enfants scolarisés et SDF : les occupations d’écoles continuent à Lyon
- Le Parisien : Enfants SDF : écoles occupées et en grève à Lyon
- Le Progrès 1/12/2014 : Vaulx-en-Velin : sept écoles en grève, trois seront fermées
- Radio Scoop 1/12/2014 : Enfants SDF : écoles occupées et en grève à Lyon
- Lyon Capitale 1/12/2014 : Les écoles lyonnaises mobilisées pour les familles sans abri
- Lyon 1ère 29/11/2014 : L’école Victor Hugo à Lyon reste occupée
- Radio Canuts 26/11/14 : Mégacombi Jamais sans Toit
- L’Humanité 26/11/14 : Ces petits canuts n’iront plus à la rue
- Lyon Mag, 25/11/14 : Lyon : l’occupation d’écoles pour loger des élèves SDF continue
- Lyon Capitale 25/11/2014 : L’Eglise catholique de Lyon lance un appel pour les migrants
- Emission Radio Canuts enregistrée le 20 novembre : Elèves sans toit, Ecoles Occupées
- Le Progrès (édition abonnés) 25/11/2014 : Elèves SDF : l’occupation de plusieurs écoles lyonnaises se poursuit
- Lyon Capitale 25/11/2014 : Lyon 1er : l’occupation de l’école Victor-Hugo continue
- Le Progrès ; 25/11/2014 : RHÔNE. Enfants SDF : poursuite de l’occupation nocturne d’écoles à Lyon
- Rue 89 Lyon 24/11/2014 : À Grenoble, préfet et maire dos à dos sur l’hébergement des SDF "Eric Piolle, le maire écolo de Grenoble, a maintenu ouvert, aux frais de la ville, un foyer d’hébergement d’urgence que la préfecture de l’Isère souhaitait fermer."
- 20 minutes 23/11/2014 : Lyon : Les occupations d’écoles se poursuivent cette semaine
- Lyon Capitale 21/11/2014 : Occupations d’écoles : Carenco répond à "jamais sans toit"
- France inter : à 10"20 reportage Gilbert Dru : Inter Soir
- France 3 : Ecoliers SDF : des parents d’élèves et des enseignants se mobilisent à Lyon
- Le Progrès 21/11/2014 : LYON 1ER, 3E, 7E, 8E. Des écoles occupées pour dénoncer le sort d’élèves SDF
- http://lyonbondyblog.fr : MOBILISATION GÉNÉRALE POUR LES ENFANTS « SANS ABRIS »
- 21/10/2014 Lyon : Le Collectif Painlevé Solidaire occupe des écoles
- Le Progrès 21/11/2014 : LOGEMENT. « Je suis fatiguée d’être dehors, mes enfants aussi, surtout le petit »
- France 3 19/20 Gand Lyon, édition du 20/11/2014 à 2"10
- Le Progrès 20/11/2014 : JEAN-MARC CHAFFRINGEON - DIRECTEUR DE L’ÉCOLE JEAN-PIERRE VEYET, LYON 7E. les écoles occupées
- lyon.catholique.fr 20/11/2014 :Lettre ouverte aux élus ; les droits des enfants migrants : un engagement à respecter
- Metro Lyon : Lyon  : des écoles occupées pour loger des élèves SDF
- Lyon Capitale 20/11/2014 :Lyon 8e : une école occupée par des parents d’élèves
- AFP : Occupations nocturnes d’écoles à Lyon pour dénoncer le sort d’élèves SDF
- France 3 : Ecoliers SDF : des parents d’élèves et des enseignants se mobilisent à Lyon
- Le Progrès : Vaulx-en-Velin : les écoles se mobilisent pour les élèves sans abri
- Rue89 Lyon : Près de 200 enfants SDF à Lyon : un jeudi de protestation dans les écoles
- Lyon Mag : Grand Lyon : occupation des écoles, ce jeudi, pour la cause des enfants SDF
- Le Figaro : Enfants à la rue : manifestation dans Lyon
- Rebellyon : Journée des droits de l’enfant : écoles occupées pour le droit au logement
- 20 minutes : Occupations d’écoles en vue dès jeudi en soutien à des enfants sans-abriabri
- Sur le site de la FCPE


RESEAUX SOCIAUX

- Collectif Painlevé : la page Facebook
- La page Twitter du collectif Jamais sans Toit
- Blog du Collectif Item, photos de B. Gaudillère
- Solidarité à la Guillotière : la page Facebook


SOUTIEN FINANCIER

- Cagnotte du Collectif Jamais Sans Toit college la Tourette
- Cagnotte école Painlevé Solidaires
- Cagnotte collectif de l’école Gilbert Dru.


A.G. DU COLLECTIF JAMAIS SANS TOIT

Tous les mercredis après midi à la maison de l’éducation à la Croix Rousse

Prochaine AG : mercredi 10/12/2014 16H30

Attention : pas d’AG le mercredi 17 décembre 2014


ACTION JAMAIS SANS TOIT : PAS DE SOLUTIONS POUR HEBERGER DES FAMILLES A LA RUE ?

RENDEZ VOUS
AU 37, 38, 39 RUE CAZENEUVE (LYON 8)
MERCREDI 17 DECEMBRE A 17H

Près de quatre semaines après le début des occupations d’écoles sur l’agglomération lyonnaise, afin d’accueillir des familles avec enfants qui dormaient dehors, cinq écoles sont toujours occupées (Gilbert Dru 7ème, Painlevé 3ème, Giono 8ème, Victor Hugo 1er et Servet 1er), et seulement 17 familles sur les 70 recensées se sont vues proposer un hébergement. Cette réponse est nettement insuffisante et relève d’un tri sélectif au sein de la misère sociale que le collectif « Jamais Sans Toit » refuse, rappelant que l’hébergement est un droit inconditionnel ( voir l’’article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles, élaboré en France, par nos élus, et qui a force de loi. Cet article stipule : « Toute personne en situation de détresse a accès, sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence. »).

Et pourtant il existe de nombreuses solutions à ces quelques situations, en effet en 2010 l’Insee recensait 24000 logements vacants rien que sur la ville de Lyon. Le collège Jean Vilar (au moins 6 logements de fonction, Villeurbanne), le collège Maurice Scève (au moins 3 logements de fonction, Lyon 4ème) et le collège Truffaut (au moins 6 logements de fonction, Lyon 1er) sont vides depuis le 1er septembre 2013, soit plus de 16 mois. Ils sont chauffés, leurs logements de fonction pourraient donc être utilisés pour accueillir des personnes à la rue. C’est aussi le cas d’un immeuble entier situé au 37,38, 39 rue Cazeneuve dans le 8ème arrondissement, celui-ci regroupe une trentaine de logements vides. Il est la propriété du la ville de Lyon, et abritait des appartements pour instituteurs jusqu’en 2011. Depuis maintenant 3 ans, il est totalement vide et en parfait état de sécurité, c’est pour cela qu’il avait été réquisitionné autour du 10 novembre. Cette réquisition avait été rendue publique le samedi 15 novembre lors de la manifestation régionale sur le logement. Le lendemain, le préfet faisait expulser illégalement cet immeuble, l’occupation étant supérieure à 48 heures et nous étions dans la période hivernale dans laquelle les expulsions sont interdites.

C’est pour toutes ces raisons que le collectif « Jamais Sans Toit » appelle toutes et tous à se rassembler devant cet immeuble le mercredi 17 décembre à 17h.

L’autre Direct, 17/12/2014, interview JAMAIS SANS TOIT

Attention ça ne commence qu’à 1"55


COMMUNIQUE DE PRESSE JAMAIS SANS TOIT

17/12/2014

Voilà un mois maintenant que nous, personnels de l’Éducation Nationale, parents d’élèves, habitants, alertons les pouvoirs publics sur la situation de familles de nos quartiers, dont les enfants sont scolarisés dans nos écoles, et qui, sans hébergement, sont contraintes de dormir dehors, affrontant seules et sans secours les dangers de la rue. Ces situations n’étant pas humainement acceptables, et l’État ouvertement démissionnaire, nous avons décidé d’occuper des gymnases et des écoles pour leur offrir un abri.

Cette situation n’est malheureusement pas exceptionnelle. Les services du 115 de Toulouse, Paris, d’Isère, du Rhône font tous le même constat : dépossédés des moyens concrets de mise à l’abri, leur mission perd tout sens et les réduit à de simples observateurs de la misère sociale. Pire encore, l’État se défausse de ses responsabilités en demandant aux professionnels de l’urgence sociale d’effectuer un tri entre demandeurs, sur des critères aussi abjects qu’illégaux (origine ethnique, nationale, santé, situation familiale... ). Leurs communiqués de soutien et leurs actions de protestations sont à ce titre éloquents.

Malgré toutes ces alertes et l’urgence grandissante des situations, malgré leurs obligations légales, État et Collectivités Locales restent inactifs. Leur dédain (absence totale de réponse de M Collomb à nos sollicitations d’entrevue), leurs mensonges éhontés (de MM. Amat et Caranco affirmant qu’aucun enfant ne dort dehors ou que les associations refusent des prises en charge d’hébergement supplémentaires, à M. May Carles affirmant qu’il manque de travailleurs sociaux quand M. Caranco propose à l’Église de lui en fournir pour effectuer une mission d’hébergement qu’il refuse d’accomplir lui-même),
sont autant de manquements graves à leurs fonctions et à leurs devoirs. Leur attitude est irresponsable, dangereuse et illégale. Nous rappelons solennellement aux élus qu’ils sont mandatés par le peuple pour faire respecter les principes et les lois de la République, non pour anticiper des mouvements d’opinion utiles à leur carrière. La mise à l’abri des plus fragiles, quelle que soit leur situation économique ou administrative, est un de ces devoirs. Son application n’est ni négociable ni modulable. ( art L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles ).

Des solutions existent pourtant. Les bâtiments publics réquisitionnables sont légion, mais jusqu ’ici, la préfecture du Rhône préfère expulser illégalement des immeubles plutôt que d’appliquer la loi en réquisitionnant les quelques lieux nécessaires à la mise à l’abri des familles en danger. C’est pourquoi nous nous réunissons devant ce lieu symbolique du 37, 38, 39, rue Cazeneuve, expulsé illégalement en novembre et où se trouvent une trentaine d’appartements de fonction, occupés par des enseignants jusqu’en 2011 et dont nous exigeons la réquisition immédiate.

État et Mairie misent sur un affaiblissement du mouvement sur la durée et pensent que leur inaction aura raison de notre détermination. Ils se trompent. Notre écœurement est légitime, notre mouvement est grandissant et tend à s’étendre nationalement. Les actions et occupations ne cesseront pas. Nous en appelons maintenant aux ministères pour qu’ils imposent à leurs représentants l’application de la loi.

Nous continuons d’exiger :
- Que soit appliqué l’ensemble des droits fondamentaux prévus par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ratifiée par la France en 1989.
- Que les élèves et leurs familles bénéficient d’un logement décent et durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.
- Que soit délivré à leurs parents, si nécessaire, un titre de séjour portant la mention « vie privée et familiale » permettant l’exercice d’une activité professionnelle.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE FCPE DU RHÔNE

15/12/2014

DES DROITS, DES VOIX, POUR DES ENFANTS SANS TOIT

La FCPE souhaite apporter publiquement son soutien au collectif Jamais Sans Toit qui se mobilise, depuis plus de trois semaines, pour dénoncer l’absence de solution des autorités locales et répondre à l’urgence d’héberger les familles d’enfants scolarisés qui dorment actuellement dans la rue et dans les écoles.

Cette mobilisation citoyenne, inédite par son ampleur, est la manifestation de l’indignation des enseignants, parents d’élèves et associations face à la situation dramatique des enfants scolarisés qui n’ont pas de logement décent et la conséquence de la crise que connaît actuellement le secteur de l’urgence sociale.

Parce que chaque enfant, chaque personne a le droit de pouvoir se loger afin de vivre dignement dans notre société, la FCPE interpelle les élus pour qu’une véritable politique de sortie de l’urgence soit mise en œuvre et que l’ensemble des droits fondamentaux prévus par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée par la France en 1989, soit respecté.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE COLLECTIF JAMAIS SANS TOIT

15/12/2014

PAS DE SOLUTIONS POUR HÉBERGER DES FAMILLES À LA RUE ?

RENDEZ-VOUS AU 37, 38 , 39 RUE CAZENEUVE (LYON 8) MERCREDI 17 DÉCEMBRE À
17H

Près de quatre semaines après le début des occupations d’écoles sur
l’agglomération lyonnaise afin d’accueillir des familles avec enfants
qui dormaient dehors, cinq écoles sont toujours occupées (Gilbert Dru
7ème, Painlevé 3ème, Giono 8ème, Victor Hugo 1er et Servet 1er), et
seulement 17 familles sur les 70 recensées se sont vues proposer un
hébergement. Cette réponse est nettement insuffisante et relève d’un tri
sélectif au sein de la misère sociale que le collectif « Jamais Sans
Toit » refuse, rappelant que l’hébergement est un droit inconditionnel (
l’article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles, qui a
force de loi stipule : « Toute personne en situation de détresse a accès,
sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un
hébergement d’urgence. »)
.

Et pourtant il existe de nombreuses solutions à ces quelques situations
d’urgence : en effet en 2010 l’Insee recensait 24000 logements vacants
sur la seule ville de Lyon
. Le collège Jean-Vilar (au moins 6 logements
de fonction, Villeurbanne), le collège Maurice-Scève (au moins 3
logements de fonction, Lyon 4ème) et le collège Truffaut (au moins 6
logements de fonction, Lyon 1er) sont vides depuis le 1er septembre
2013, soit plus de 16 mois. Toujours chauffés ces logements de fonction
pourraient être utilisés pour accueillir les personnes à la rue. C’est
aussi le cas, depuis maintenant 3 ans, d’un immeuble entier situé au
37,38, 39 rue Cazeneuve dans le 8ème arrondissement, qui regroupe une
trentaine de logements vides. Il est la propriété du la ville de Lyon et
abritait des appartements pour instituteurs jusqu’en 2011
. En parfait
état de sécurité, il avait été réquisitionné autour du 10 novembre.
Cette réquisition avait été rendue publique le samedi 15 novembre lors
de la manifestation régionale sur le logement. Le lendemain, le préfet
faisait expulser illégalement cet immeuble, l’occupation étant
supérieure à 48 heures et se produisant pendant la période hivernale au
cours de laquelle les expulsions sont interdites.

C’est pour rappeler que des solutions existent que le collectif « Jamais
Sans Toit » invite à se rassembler devant cet immeuble le mercredi 17
décembre à 17h.

Lors d’une audience accordée à la LDH cette semaine, nous apprenons que
le directeur de cabinet du préfet M. Amat, menteur au point de déclarer
le mercredi 19 novembre qu’aucun enfant ne dormait à la rue, et qui a
affirmé que l’une des raisons du manque d’accueil résultait du refus des
associations à prendre en charge un nombre supplémentaire de personnes,
et qu’il était prêt à ouvrir 120 places supplémentaires si des
associations acceptaient cette responsabilité supplémentaire. Là encore,
la préfecture se dédouane et fuit ses responsabilités. Les
professionnels de l’urgence sociale contactés s’offusquent d’une telle
annonce.

À la veille des fêtes de fin d’année, il est grand temps que la
préfecture cesse ses mensonges et exerce réellement sa mission qui est
d’appliquer la loi et qu’elle offre au plus vite des solutions à toutes
les familles recensées par le collectif et dont la liste a été
communiqué à M. May Carles (directeur départemental de la cohésion
sociale) le jeudi 27 novembre !
La préfecture doit cesser de croire que la perspective des vacances
scolaires fera cesser les actions du collectif
, une réunion est d’ores
et déjà programmée le lundi 5 janvier 2015 et des comités ont déjà
annoncé leur volonté de poursuivre les occupations pendant les vacances.

NOUS, COLLECTIF « JAMAIS SANS TOIT », EXIGEONS :

- Que soient appliqués l’ensemble des droits fondamentaux prévus par la
Convention Internationale des Droits de l’Enfant ratifiée par la France
en 1989.
- Que les élèves et leur famille bénéficient d’un logement décent et
durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.
- Que soit délivré à leurs parents, si nécessaire, un titre de séjour
portant la mention « vie privée et familiale » permettant l’exercice
d’une activité professionnelle.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE COLLECTIF JAMAIS SANS TOIT

11/12/2014

3 SEMAINES D’OCCUPATION !
LES SOLUTIONS EXISTENT POURTANT AVEC DE NOMBREUX

BATIMENTS VIDES ET CHAUFFES SUR L’AGGLOMERATION

nouveau rassemblement

mercredi 17 décembre

devant l’immeuble situé au 37,38 et 39 rue Paul Cazeneuve,

dans le 8ème arrondissement de Lyon.

Cela fait maintenant 3 semaines que le directeur du cabinet du préfet disait qu’aucun enfant ne dormait à la rue. Le lendemain débutait des occupations d’écoles et collèges. Celles-ci se poursuivent dans 5 écoles (Gilbert Dru (7ème), Giono (8ème), Painlevé (3ème), Victor Hugo (1er) et Michel Servet (1er)). Trois semaines que des enseignants, des parents d’élèves, et des voisins assurent un droit inconditionnel qui devrait être pris en charge par l’état, à savoir mettre à l’abri des familles et leur offrir un toit pour la nuit.

Suite à cette mobilisation, des familles ont pu être logées depuis jeudi 4 décembre, mais l’ensemble des personnes recensées par le collectif « Jamais Sans Toit » n’ont pas encore de solutions, la majorité se trouve même actuellement sans hébergement, et bénéficie donc toujours de la lutte et des gymnases et écoles occupées pour ne pas dormir dehors. Le collectif refuse le tri sélectif dans la misère sociale qui est fait par la préfecture.

Mercredi 10 décembre, plus de 250 personnes ont installé 25 tentes sur le trottoir devant la préfecture, afin de mettre sous les yeux du préfet la situation que vivent de nombreuses familles au sein de l’agglomération lyonnaise.

M. May-Carles, directeur départemental de la cohésion sociale, ayant essayé de renvoyer la balle sur les collectivités territoriales qui pourraient mettre à disposition des locaux vides qu’ils auraient, le collectif « Jamais Sans Toit » a demandé, la semaine passée, des audiences à M. Collomb (maire de Lyon et président du Grand Lyon). Les collectifs locaux ont également interpellé les maires comme ce fut le cas à Vaulx-en-Velin ou dans les 1er et 8èmes arrondissement. A ce jour, M. Collomb n’a même pas daigné répondre et entrer en contact avec le collectif, tout comme Mme Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin. Ceux-ci préfèrent fermer les yeux sur les conditions de survie extrêmement difficiles des personnes vivant sur l’agglomération. Les seules autorités qui ont pu être rencontrées, disent ne pas pouvoir (vouloir ?) proposer de solutions d’hébergement pour ces familles dont les enfants sont pourtant inscrits dans les écoles de leurs communes.

Et pourtant les locaux vides sur Lyon et son agglomération sont nombreux : collège Truffaut (1er, 5 000m² chauffés, au moins 6 appartements de fonction), collège Maurice Scève (4ème, au moins 3 appartements de fonction), collège Jean Vilar (Villeurbanne, au moins 6 appartements de fonction en parfait état), immeuble rue Vendôme vide depuis 4 ans (Lyon 6ème), .... Nous rappelons que l’INSEE recensait 24 000 logements vides sur Lyon en 2010, et que l’hébergement de toute personne est un droit inconditionnel.

Afin de montrer que des solutions existent, il manque juste la volonté politique de le faire, le collectif « Jamais Sans Toit » appelle à un :

nouveau rassemblement

mercredi 17 décembre

devant l’immeuble situé au 37,38 et 39 rue Paul Cazeneuve,

dans le 8ème arrondissement de Lyon.

Ce bâtiment appartient à l’éducation nationale et est inoccupé depuis 2011, il compte environ 24 logements. Il avait été réquisitionné en novembre et expulsé illégalement le 16 novembre, lendemain de la manifestation régionale sur le logement.

NOUS, COLLECTIF « JAMAIS SANS TOIT », EXIGEONS :

- Que soient appliqués l’ensemble des droits fondamentaux prévus par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ratifiée par la France en 1989.
- Que les élèves et leur famille bénéficient d’un logement décent et durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.
- Que soit délivré à leurs parents, si nécessaire, un titre de séjour portant la mention « vie privée et familiale » permettant l’exercice d’une activité professionnelle.

Twitter : https://twitter.com/jamaissanstoit


ACTION JAMAIS SANS TOIT : CAMPEMENT DEVANT LA PREFECTURE

jeudi 10 décembre dès 18H30

Apportez vos tentes et un repas à partager


COMMUNIQUÉ DE PRESSE COLLECTIF JAMAIS SANS TOIT

8/12/2014

CAMPEMENT

DEVANT LA PRÉFECTURE

Mercredi 10 décembre dès 18h30

(square Delestraint, cours de la Liberté, Lyon 3ème

Dans l’agglomération lyonnaise, près de 200 enfants et leur famille sont toujours sans abri.

Le droit fondamental à un logement prévu par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant n’est pas appliqué !

Depuis trois semaines, le collectif Jamais sans Toit se mobilise pour que ces enfants ne dorment pas à la rue. Certaines familles ont ainsi pu trouver refuge dans des écoles ou gymnases qui sont occupés depuis le jeudi 20 novembre.

Parents, enseignants, riverains remplissent une mission qui relève de la compétence de l’État mais que ce dernier est incapable de mettre en œuvre.

Reçu à deux reprises par les services de la Préfecture, le collectif Jamais sans toit et les familles n’ont pas obtenu de réponse satisfaisante. En effet, à ce jour, seul 13 familles auraient eu une proposition d’hébergement.

Ces personnes vivent à la rue, dans leur voiture, dans des squats, dans des bidonvilles, très souvent dans des lieux peu visibles. Afin de les mettre en lumière et d’alerter une nouvelle fois les autorités sur l’URGENCE de la situation, le collectif Jamais sans Toit organise un campement devant la préfecture, mercredi 10 décembre dès 18h30 (square Delestraint, cours de la Liberté, Lyon 3ème)

Twitter : https://twitter.com/jamaissanstoit


COMMUNIQUÉ DE PRESSE ÉCOLE VICTOR HUGO

6/12/2104

Le comité de l’école Victor Hugo réuni au sein du collectif « Jamais Sans toit » a décidé de poursuivre l’occupation du gymnase de l’école afin que les familles puissent continuer de dormir à l’abri pour la 14ème nuit consécutive.

Les réponses de la DDCS (direction départementale de la cohésion sociale) arrivent au compte goutte et sont insuffisantes. Une famille seulement s’est vue proposer un hébergement sur les 12 familles listées. Soit 5 personnes (2 adultes et 3 enfants) sur les 52 (28 enfants, 24 adultes) concernées. Nous sommes infiniment loin du compte.

Le comité a bien pris note du soutien apporté par les professionnels de l’urgence sociale qui confirment la situation dramatique dans laquelle se trouvent les familles à la rue et font état des choix iniques qu’on leur demande de faire. L’hébergement de tous et toutes est un droit inconditionnel, et ce encore plus à l’heure où les températures baissent.

Pendant ce temps, la ville de Lyon s’apprête à grand renfort médiatique et financier à célébrer la fête des lumières alors que des dizaines d’enfants vont passer ces nuits dans la rue. Ce ne sera pas le cas pour la vingtaine de personnes qui resteront hébergées au sein du gymnase. Il est inacceptable que nous continuions à assurer les missions de l’Etat, tandis que la Ville de Lyon, propriétaire de nombreux logements vides, refuse de prendre ses responsabilités. Nous continuons bien évidemment à demander un hébergement digne et durable pour tous et toutes, ainsi que la création à l’ancien collège Truffaut d’un hôtel social et solidaire.


COMMUNIQUE DU COLLECTIF PAINLEVE SOLIDAIRES

6/12/2014

Ecole Painlevé, lumière sur une situation inacceptable...

Alors que Lyon a revêtu ses habits de lumières et fait la fête à grands budgets et renfort de sponsors, près de 194 enfants et leurs familles dorment toujours dans la rue.

Préfet alerté, écoles mobilisées, professionnels de l’urgence social atterrés, solutions non proposées... il est temps de mettre en lumière tous ces oubliés.

Pour les 7 familles toujours sans logement à l’école Painlevé et en soutien à toutes les autres, le Collectif Painlevé Solidaire vous propose un moment de solidarité en poésie.
RDV lundi 8 décembre pour le Off de la fête des lumières !

18h15 : RDV devant l’école élémentaire Painlevé 164 rue Pierre
Corneille (Lyon3)

« Des lumières pas comme les autres, au sol et dans les airs ! »

Une animation à partager en famille, autour d’un vin chaud et/ou
de friandises !

Contact
Stéphanie C. painleve.solidaire69003@gmail.com

Suivez-nous également sur les réseaux sociaux https://www.facebook.com/collectifpainleve / Twitter : #ecoleencolere @jamaissanstoit


COMMUNIQUE DE PRESSE JAMAIS SANS TOIT

jeudi 4/12/2014

Grâce à la mobilisation du collectif Jamais sans Toit, des familles SDF de l’agglomération lyonnaise commencent enfin à être logées dans différents lieux de l’agglomération (Charbonnières, Rillieux-la-pape et dans des foyers Adoma).
Malheureusement, ces attributions d’hébergement ne se font qu’au compte-goutte :
- Sur les 12 familles hébergées dans le gymnase de ‘l’école Victor Hugo, une seule s’est vue proposer un hébergement.
- À l’école Gilbert Dru, sur les 3 familles dormant dans l’école toujours occupée, une seule s’est vue proposer une solution.
- A l’école Jean Vilar à Vaulx-en-Velin, deux familles ont été logées. Il était très difficile de redonner le sourire à la troisième, qui reste ce soir, seule à dormir dans l’école.
M. May-Carle (DDCS) a pris contact ce jour avec le collectif pour expliquer que des hébergements seraient proposées à certaines familles jusqu’au 15/12 (principalement en hôtel). Il a aussi annoncé que 182 familles n’étaient pas du tout prioritaires ! les demandeurs d’asile seront logés par un autre dispositif...

Le collectif est content de savoir que certaines familles pourront enfin quitter la rue ou les écoles occupées pour trouver un hébergement, mais, malheureusement, il déplore :
- que ces hébergements soient éloignés des lieux de scolarisation.
- que des priorités aient été établies.
- que toutes les familles ne soient pas logées.

Ainsi, la mobilisation continue.
Les occupations d’écoles aussi (toujours 5 écoles occupées cette nuit).
Le collectif a demandé à être reçu par M. Collomb, président du grand Lyon et à Mme Geoffroy, députée-maire de Vaulx-en-Velin.

Nous vous tiendrons informé de la suite de la mobilisation.

Pour suivre la mobilisation : https://twitter.com/jamaissanstoit


COMMUNIQUE DE PRESSE JAMAIS SANS TOIT

4/12 /2014

POURSUITE DES OCCUPATIONS D’ECOLE ET DE LA MOBILSATION

Près de 2 semaines après le début des occupations d’école dans le cadre
du 25 éme anniversaire de la convention des droits de l’enfant,
celles-ci se poursuivent car à ce jour aucune solution n’a été proposée,
les propos du préfet dans sa lettre du 21 novembre sont donc totalement
faux et mensongers.Ainsi les écoles Jean Vilar (Vaulx-en-velin), Gilbert
Dru (7ème), Giono (8ème), Painlevé (3ème) et Victor Hugo (1er) sont
toujours occupées afin de permettre à des familles de ne pas dormir
dehors.

Le préfet avait ainsi annoncé que les structures d’accueil n’étaient
pas saturées, or une semaine après avoir déposé la liste de toutes les
familles recensées par le collectif à M. May-Carles, directeur
départemental de la cohésion sociale (service déconcentré de la
Préfecture), les 194 enfants sont toujours sans solution de logement.
Celui-ci nous a simplement annoncé que 4 travailleurs sociaux avaient
été chargés de s’occuper des dossiers et avons appris que des places
allaient être ouvertes jeudi 4 décembre. Or les premiers chiffres
avancés (aucune information officielle) sont insuffisants, et nous
rappelons que les familles doivent être hébergées près des lieux de
scolarisation des enfants.

La position prise par les professionnels de l’urgence sociale est
édifiante, confirment nos propos et met à mal le discours du préfet.
(voir le communiqué ci-dessous)

Pendant ce temps, M. May-Carles renvoie la balle sur les collectivités
territoriales qui pourraient proposer mettre à disposition des locaux
vides qu’ils auraient. Ce jeu de ping-pong ne vise rien qu’à dissoudre
les responsabilités de chacun, mais il est aussi clair que M. Collomb
est plus intéressé par sa fête des lumières que par les personnes
dormant dans les rues de sa ville. Les locaux vides sur Lyon et son
agglomération sont nombreux : collège Truffaut (1er, 5000m² chauffés, au
moins 7 appartements de fonction), collège Maurice Scève (4ème), collège
Jean Vilar (Villeurbanne, au moins 6 appartements de fonction en parfait
état), immeuble rue Vendôme vide depuis 4 ans (Lyon 6ème) .... Nous
rappelons que l’INSEE recensait 2400 logements vides sur Lyon en 2010.
C’est pour cela que le collectif « Jamais sans toit » demande à être
reçu au plus vite par M. Collomb, maire de Lyon et président du Grand
Lyon.

Pour toutes ces raisons, le collectif « Jamais Sans Toit » demande à ce
qu’une réelle volonté politique de résolution de ce problème se dégage
sur ce sujet en concertation entre la préfecture, la ville de Lyon et la
métropole. Et l’éternel argument avancé que l’hébergement de ces
personnes ferait un appel d’air est caduc et honteux, comment peut-on
imaginer que des personnes souhaitent dormir à la rue ? Nous rappelons
au préfet, à M. Collomb que l’hébergement de toute personne est un droit
inconditionnel.

NOUS, COLLECTIF « JAMAIS SANS TOIT », EXIGEONS :

- Que soient appliqués l ?ensemble des droits fondamentaux prévus par la
Convention Internationale des Droits de l ?Enfant ratifiée par la France
en 1989.
- Que les élèves et leur famille bénéficient d ?un logement décent et
durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.
- Que soit délivré à leurs parents, si nécessaire, un titre de séjour
portant la mention « vie privée et familiale » permettant l ?exercice
d ?une activité professionnelle.


COMMUNIQUE DE PRESSE PROFESSIONNELS URGENCE SOCIALE : SOUTIEN AUX ECOLES OCCUPEES

3/12/2104

En ce début d’hiver, les parents d’élèves et les enseignants de plusieurs écoles occupent des établissements scolaires pour y loger les familles d’élèves à la rue. Cette mobilisation citoyenne inédite par son ampleur est la conséquence de la crise dramatique que connaît actuellement le secteur de l’urgence sociale.

En tant que professionnels de l’urgence sociale, témoins chaque jour des aberrations du système, nous soutenons ces occupations émanant de citoyens qui ne supportent plus que les camarades de leurs enfants rejoignent le trottoir chaque soir, à la sortie de l’école. Cette situation est indigne de notre République.

Chaque jour, plusieurs milliers de personnes appellent le 115 à Lyon sans obtenir de solution d’hébergement. Ce sont des hommes, des femmes, certains sont âgés, handicapés, malades ; tous sont exténués. Ce sont aussi des enfants, pour certains des nourrissons. Chaque jour, nous, professionnels de l’urgence sociale, la boule au ventre, rencontrons ces hommes, ces femmes, ces enfants désespérés auxquels nous sommes contraints d’expliquer qu’il n’y a pas de place disponible. Impuissants, nous assistons à leur dégradation physique et psychique… en se demandant si l’Etat attendra le premier mort dans la rue pour réagir.

Le Code de l’Action Sociale et des Familles (art 3452-2) stipule que « toute personne en situation de détresse médicale psychique ou sociale a accès à tout moment au dispositif d’hébergement d’urgence ». La loi est pourtant claire : l’hébergement est un droit fondamental pour tous même si le Préfet tente d’arranger la loi à sa convenance en établissant des distinctions de droit entre les individus inventées par lui seul !

En laissant des milliers de personnes à la rue, l’Etat, à Lyon, piétine la loi et la République. Pour attribuer les quelques places d’hébergement qui se libèrent, ce même Etat nous demande à nous, travailleurs sociaux, de « trier » le plus faible parmi les plus fragiles, le distinguant de ceux qui peuvent « encore tenir ». On choisit une personne sous dialyse plutôt qu’un homme de 80 ans ; on acte l’entrée d’une mère seule avec deux enfants de 5 et 4 ans plutôt que celle d’une famille avec un nouveau né…. Dans la rue, on distribue les couvertures faute de place, par dizaine, par centaines… Machine infernale qui sélectionne et condamne à la fois, au nom de la saturation du dispositif d’hébergement. Mission impossible et hors la loi que nous ne pouvons plus continuer à mener en silence.

C’en est trop ! Dans la lignée des parents d’élèves et des enseignants, nous demandons l’accès à l’hébergement immédiat de toutes les personnes à la rue… hommes, femmes, enfants… au nom de la République, au nom de ce à quoi ils ont droit, tout simplement !

Le réseau des professionnels de l’urgence sociale


APPEL A RASSEMBLEMENT "JAMAIS SANS TOIT" 8ème  

Appel à rassemblement
devant les grilles Ecole Charles Peguy 65 boulevard des Etats Unis
ce jeudi 4 décembre à 14h

Les enseignants du 8ème arrondissement de Lyon mobilisés depuis plusieurs semaines autour du collectif « Jamais sans toit » s’étonnent de la venue de parlementaires à l’école Charles Peguy pour voir le fonctionnement du dispositif REP+, alors que dans le même temps des enseignants et des parents (REP + aussi) du même arrondissement dorment dans l’école Giono depuis une quinzaine de jours en soutien aux familles sans logements.
Comment aborder le REP + ?

Si il est nécessaire d’apporter des moyens à l’éducation prioritaire, comme c’est le cas avec le dispositif « plus de maitres que de classe » ,
avant cela, il est indispensable que les enfants scolarisés soient logés décemment.

Nous interpellons, en ces périodes de froid hivernal qui débutent, les parlementaires et le gouvernement sur cette situation dramatique vécue par de nombreuses familles sur cet arrondissement et sur l’ensemble de l’agglomération.

RESF 7éme/8ème et CLASSES dénombrent plus d’une trentaine d’enfants sans toit qui prennent tous les jours, malgré les obstacles, le chemin de l’école…
 
 


CONCERT DE SOUTIEN AUX ECOLES OCCUPÉES

jeudi 4/12 à partir de 17h45 jusqu’à 19h30

Gymnase de l’école Michel Servet

(l’école cachée derrière le Métro Croix Paquet).

Il y aura une buvette et une caisse de soutien pour le collectif "Jamais sans toit" et un point d’information sur la lutte en cours.

Et pour la musique : Le bal à Bistan !

bal ouvert aux enfants

Bal folk deterritorialisé (Raï, rock, forro, groove, musette, tarantelles...) emmené par Reno Bistan et ses musiciens


COMMUNIQUE DE PRESSE "JAMAIS SANS TOIT"

01/12/2014

POURSUITE DES OCCUPATIONS
GREVE DANS DES ECOLES

NOUS SOMMES TOUS DES PERE RIFFARD !

Le collectif « Jamais sans toit » attire votre attention sur le mouvement de grève qui s’organise dans les écoles de Vaulx-en-Velin dans le cadre de la lutte qu’elles mènent pour exiger des solutions de logement pour des familles qui dorment à la rue. Celles-ci lient leur lutte à celle du père Gérard Riffard qui comparait en appel ce mardi 2 décembre devant la 9ème chambre correctionnelle à Lyon. Son délit, aux yeux de l’Etat, est celui d’avoir hébergé des personnes à la rue, et ce alors qu’elles sont sans papiers.

Un rassemblement est appelé à 10h00 devant le palais de Justice de Lyon
(celui dit « des 24 colonnes » dans le Vieux Lyon)

Suite à la rencontre, jeudi 27 novembre entre une délégation de 11 personnes du collectif « Jamais sans toit » et la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale), le collectif juge insatisfaisantes et provocantes les réponses apportées par M. MAY-CARLE, directeur de la DDCS, et plusieurs écoles ont donc décidé de poursuivre des occupations pour y héberger des familles d’élèves sans logement.
Le collectif « Jamais sans toit » salue et soutient la mobilisation vaudaise sur ce sujet, car plusieurs écoles seront en grève ce mardi 2 décembre. Ainsi, les écoles Youri Gagarine et Anton Makarenko seront fermées, et des enseignants des écoles Federico Garcia Lorca, Anatole France et du collège Henri Barbusse seront en grève.

Les grévistes iront donc apporter leur soutien au père Riffard, curé à la retraite de Montreynaud (un quartier de Saint-Etienne), qui est jugé en appel pour avoir hébergé des personnes qui devaient dormir à la rue et revendiqué cet acte. Revendication au titre du fait que « toute personne sans abri, en situation de détresse médicale, psychique ou sociale, a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence » (Conseil d’Etat, février 2012) et qu’à Saint-Etienne comme à Lyon, la saturation du dispositif de veille sociale étatique est telle que le Préfet (représentant de l’état) n’assure en rien ses missions. Il a également défendu le fait que dormir une nuit dehors était dangereux. Le père Riffard a été relaxé début septembre de l’ensemble des poursuites à son encontre, or le Parquet (représentant de l’Etat) a fait appel de cette décision dans la demi-heure !

Le combat du père Riffard et celui que mènent depuis dix jours des enseignants, parents d’élèves, riverains qui occupent ces écoles de l’agglomération lyonnaise afin que des familles ne dorment pas dehors est le même.

Le collectif « Jamais Sans toit » soutient donc le combat du Père Riffard, et demande que celui-ci soit définitivement relaxé de toute poursuite.

De même, le collectif continue d’exiger :

- Que soient appliqués l’ensemble des droits fondamentaux prévus par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ratifiée par la France en 1989.
- Que nos élèves et leur famille bénéficient d’un logement décent et durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.
- Que soit délivré à leurs parents, si nécessaire, un titre de séjour portant la mention « vie privée et familiale » permettant l’exercice d’une activité professionnelle.


COMMUNIQUE DE PRESSE SECTEUR VAULX EN VELIN

01/12/2014

à Vaulx-en-Velin des écoles seront fermées mardi 2 décembre
une école toujours occupée (depuis le 20 novembre) (11 nuits)

Mardi 2 décembre à Vaulx-en-Velin, trois écoles seront fermées (Youri-Gagarine élémentaire, Makarenko maternelle, Makarenko élémentaire) et trois autres ainsi qu’un collège compteront des enseignants grévistes (Federico-Garcia-Lorca élémentaire, Anatole-France élémentaire, Paul-Langevin élémentaire, Collège Henri-Barbusse).

Cette nouvelle journée d’action des enseignants et des parents s’inscrit dans la mobilisation du collectif Jamais Sans Toit, pour soutenir les familles des élèves SDF.

Comme plusieurs autres écoles du grand Lyon, les enseignants de l’école Jean Vilar logent, depuis maintenant onze nuits, 17 personnes (11 enfants) qui seraient dans la rue sans cette initiative.

Malgré les garanties données par le préfet dans son courrier du 21 novembre, aucune solution d’hébergement n’a été proposée à ce jour.

Les enseignants en grève ainsi que des parents d’élèves assisteront au procès du père Riffard, prêtre retraité qui sera jugé en appel ce mardi à 10h00 pour avoir hébergé des familles SDF.


COMMUNIQUE DE PRESSE DU COLLECTIF JAMAIS SANS TOIT

jeudi 27/11/2014

faisant suite à l’audience à la DDSC

Rencontre à la DDCS avec Mr MAY-CARLE (Directeur), Mr FOURNET (Dir Adjoint) et Mme ESPINASSE (Chef de service hébergement et habitat social).

11 représentants des parents d’élèves, d’enseignants et de familles SDF ont été reçus ce jour à 17:30 afin de présenter la situation d’urgence d’hébergement de 194 enfants sans toit et scolarisés sur l’agglomération lyonnaise et actuellement sans solution pérenne d’hébergement : Doisneau, Gilbert Dru, Painlevé, Servet, Victor Hugo, Gionno, Veyet, Vaulx en Velin (15 écoles).

La DDCS a rappelé les procédures actuellement appliquées par l’administration d’état. Sur l’agglomération, 7 884 personnes sont sans solution d’hébergement 1 200 places d’hébergement d’urgence ont été prévues pour un déploiement progressif pour l’hiver 2014 – plan grand froid-. 346 places ont déjà été attribuées à ce jour et doivent être attribuées selon des critères de priorité : Santé, Handicap, enfants jeunes, femmes enceintes, personnes âgées. D’autres places seront progressivement ouvertes.

Mr MAY-CARLE a indiqué prendre en compte nos revendications et les a estimées légitimes. Il a mentionné d’important soutiens extérieurs (ministre du logement Sylvia PINEL, l’Archevêque, monseigneur Barbarin).

La DDCS a déploré le fait que les collectivités territoriales ne proposent pas de bâtiments publics. Mr MAY-CARLE a déclaré ne pas disposer des moyens pour étendre son pouvoir de réquisition, ni pour le parc public, ni pour le parc privé. Quant aux réquisitions, il évoque les réticences des riverains concernés ainsi que des élus locaux, mairie de Lyon comprise. Il a aussi souligné que très peu de problèmes s’étaient finalement posés. Cet argument, au regard des situations quotidiennes des familles et des dangers qu’elles encourent (un décès d’un enfant de 3 ans en octobre 2014, Lyon 2), est choquant et irrecevable pour nous.

La DDCS a reconnu que leurs services ne disposent que de trop peu de solutions en l’état actuel de la réglementation, ce qui est contraire aux propos du préfet dans son courrier du 21/11/2014 : « les structures d’hébergement d’urgence ne sont pas saturées ». En conclusion, la DDCS s’est engagée formellement à faire réétudier l’ensemble des demandes qui lui ont été remises par les familles par la MVS.

Aucun engagement ne nous a été donné. « Toutes les demandes ne seront clairement pas satisfaites » selon MAY-CARLE. Face à l’absence de solutions concrètes et immédiate pour la majorité des familles, le collectif décide de maintenir sa mobilisation et ses actions. Monsieur May Carle a déclaré au cours de l’audience : « je ne cèderai à aucun groupe de pression,ni aux élus locaux, ni aux groupes militants, même si j’en comprends la légitimité. » L’audience se termine sur le témoignage d’un père sans solution d’hébergement désespéré par sa situation, monsieur May-Carle a expliqué ne pas traiter de cas particulier dans cette instance. Il a accepté de garder le contact avec un représentant du comité.


COMMUNIQUE DE PRESSE ECOLE JEAN GIONO

26/11/2014

L’école jean Giono dans le 8eme est occupée depuis le 20/11 pour exiger un logement pour les familles sans toits de l’école.

Septième nuit d’occupation de l’école

Depuis le jeudi 20 novembre, les parents d’élèves de l’Ecole Jean Giono (Lyon 8ème) occupent le soir et le week-end le préau de l’école élémentaire pour soutenir et donner un toit aux 5 familles sans abris. Les 11 enfants (de 2 à 16 ans), leurs parents et des personnes à l’initiative ou sympathisantes de l’action dorment à l’ecole jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Chaque soir, un repas convivial est préparé par des familles du quartier puis chaque famille rejoint sa tente pour la nuit. La sécurité des locaux et le bon fonctionnement de l’école sont assurés : chaque matin, dès 7h00, les tentes et sacs de couchage sont rangés, les enfants sans-abris redeviennent des élèves.

Les 5 familles sans toit luttent depuis des mois pour permettre à leurs enfants de suivre une scolarité assidue, forcés pour certains de dormir dans des squats ou des voitures.

Edina et Arnela racontent : « Nous, on veut être comme les autres. En ce moment, on n’a pas l’impression d’être comme les autres. Quand on est à l’école, on pense à ce qu’on va faire chaque soir, où on va dormir. On a dormi dans des foyers et des hôtels. Après, on s’est retrouvé dehors. On a squaté dans un squat, on avait peur ». Arnela continue : « Ma mère et ma sœur, elles avaient peur. Moi, je peux pas dire que j’étais calme mais je voulais pas qu’elles voient. Quand j’ai vu les larmes de ma mère, j’ai pleuré aussi parce que ça fait mal. ». Les deux sœurs se souviennent : « C’était dur, on a progressé en français, on a appris le français vite ». Quand on leur demande ce qu’elles ressentent en dormant à l’école, elles répondent en cœur : « C’est fait chaud, ça fait mieux, beaucoup mieux que dehors ! ».

Le directeur de l’école élémentaire déclare « comprendre que ce soit très difficile pour les enfants d’apprendre dans ces conditions, ce n’est pas possible, le logement est un droit pour l’enfant ». Le collectif demande un hébergement pour chaque famille puisque le droit à l’éducation ne peut être dissocié du droit à l’hébergement.
Les parents d’élèves affirment être tranquillement déterminés à poursuivre l’action jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée pour chaque famille.


COMMUNIQUE DE PRESSE PCF / FRONT DE GAUCHE

25/11/2014

Des parents d’élèves, enseignants et citoyens occupent depuis jeudi soir l’école
élémentaire Gilbert Dru dans le 7ème arrondissement de Lyon afin de dénoncer une
situation inacceptable, où 3 familles de l’école dorment chaque soir dans la rue (ce
phénomène touche plus de 250 enfants, scolarisés ou non, dans l’agglomération
lyonnaise).

Cette situation dramatique est la conséquence directe d’une précarité grandissante.
Les premiers à souffrir de cette situation dramatique sont les enfants. Victimes des
plans d’austérité et des injustices sociales, ils sont chaque année de plus en plus
nombreux à être en grande difficulté de logement.

A l’heure où cette précarité se généralise dans notre pays, comme le démontre le
récent rapport de l’Insee, il serait temps que les pouvoirs publics réagissent. Avec
l’hiver qui approche, des solutions d’urgence doivent être prises immédiatement,
comme la réquisition sur notre ville de tous les logements vacants. Sinon, faute de
places en hébergement d’urgence, la plupart passeront l’hiver dehors.

Les communistes du 7ème se joignent donc à l’appel à la mobilisation du collectif
« Jamais sans toit » et apportent leur soutien aux nombreux parents d’élèves,
enseignants, citoyens mobilisés aujourd’hui encore pour que toutes les familles sans
distinction puissent vivre dignement dans notre ville.

Parti Communiste Français,
Cellule du 7ème arrondissement


COMMUNIQUE DE PRESSE ECOLE VICTOR HUGO

24/11/2014

A l’issu du repas partagé du 20 novembre qui a réuni environ 70
personnes, nous, collectif de parents d’élèves et riverains de L’école
Victor Hugo (Lyon 1er) avons décidé - en nous inscrivant dans le
mouvement initié le jeudi 20 novembre par le collectif « Jamais sans
toit » à l’occasion du 25 ème anniversaire de la signature par la France
de la Convention internationale des droits de l’enfant - d’occuper le
gymnase de notre école pour permettre à 5 familles d’élèves sans
logement aucun de passer la nuit au chaud. Cette occupation est
reconduite jusqu’à nouvel ordre, les familles ne pouvant être laissées à
la rue. Nous exigeons que les pouvoirs publics assurent leurs
obligations et pérennisent un hébergement décent pour l’ensemble des
familles concernées. Nous demandons en outre l’ouverture d’un hôtel
social et familial dans le 1er ou 4ème pour parer à l’urgence de ces
situations récurrentes »

Comité Victor HUGO


COMMUNIQUE DE PRESSE : ECOLE GILBERT DRU

25/11/2014

École Gilbert DRU, 7ème jour d’occupation.

Depuis ce jeudi 20 novembre l’école Gilbert Dru (Lyon 7ème) est occupée.
Chaque soir 2 familles et 5 enfants sont hébergés dans l’école afin de leur éviter la rue.

Cette occupation se poursuivra tant qu’une solution durable d’hébergement ne leur soit proposée.

Jeudi 27 novembre, une semaine après le début du mouvement initié par le collectif Jamais Sans Toit,
nous serons reçus à 17h30 à la direction départementale de la cohésion sociale.

Nous demanderons alors un hébergement décent pour l’ensemble des familles,
en conformité avec le principe d’accueil inconditionnel inscrit dans le code de l’action sociale et des familles.

Programme des jours d’occupations à venir :

mercredi 26/11, 8h15-9h : Café solidaire dans le square devant l’école.

Jeudi 27/11, à partir de 18h30 : Repas partagé dans l’école occupée (avec les familles, les parents d’élèves, les habitants du quartier, les soutiens...)

Merci d’avance pour l’attention que vous porterez à cette actualité.

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes informations complémentaires


CAISSE DE SOLIDARITE ECOLE PAINLEVE SOLIDAIRES

Participez à la solidarité financière avec les parents et collègues de l’école Painlevé : CLIC !

Cette caisse permettra de financer des actions utiles à la vie quotidienne des familles (douche, lessive, chambre d’hotel, ....) et éventuellement leurs démarches administratives (avocat,...).


ECOLE SERVET OCCUPÉE : PROGRAMME DU 24 AU 28 NOVEMBRE 2014

PNG - 191.9 ko
Programme occupation école Servet du 24 au 28 novembre 2014

Chorale & Affiches d’enfants de Vaulx en Velin

Droit des enfants Droit au logement

Enregistré dans une école de Vaulx-en-Velin le 20 novembre 2014, 25e journée des Droits des enfants à l’occasion de laquelle des enseignants des écoles et d’un collège du Mas du Taureau ont mené plusieurs actions en soutien à plusieurs familles sans domicile fixe, notamment l’occupation du collège Barbusse et des écoles Gagarine et Villar.


Communiqué de presse du collectif « Jamais sans Toit »

21 novembre 2014

Depuis le jeudi 20/11 2014, plusieurs écoles de l’agglomération lyonnaise sont occupées pour dénoncer la situation des enfants SDF (194 comptabilisés à ce jour) et de leur famille qui vivent dans la plus grande précarité. Le mouvement continue mais des solutions pourraient commencer à s’esquisser.

Suite à notre entrevue avec le directeur de cabinet de M le préfet (le 19/11), une réponse de M. CARENCO (cf courrier ci-joint envoyé par la préfecture à la presse) nous est parvenue ce jour.

M. le préfet reconnaît la légitimité de notre mobilisation, fait le distinguo entre la question de l’hébergement et celle du droit au séjour et nous donne l’assurance qu’il n’enverra pas la force publique au sein des écoles pour mettre fin à notre action.

Il nous assure également que la Préfecture offrira aux familles concernées une solution pérenne si elle possède des droits complets et qu’elle réexaminera la situation de chacune d’elle au regard du droit au séjour si elle se trouve en situation irrégulière.

Nous avons été ce jour en contact avec le cabinet du Préfet, pour préciser les propositions faites par la préfecture.

Un rendez-vous est pris avec M Gilles MAY-CARLE, directeur départemental de la cohésion sociale (service déconcentré de la Préfecture), le jeudi 27 novembre à 17h30. Une délégation de 10 personnes sera reçue

D’ici là, la mobilisation continue et plusieurs écoles sont toujours occupées ce soir. Elles le resteront jusqu’à ce que des solutions de logement soient proposées aux familles hébergées.

Les écoles occupées enverront un communiqué de presse pour vous informer de la mobilisation.

Le collectif Jamais sans Toit note une avancée dans la recherche de solutions par la préfecture mais reste toutefois très prudent et très mobilisé.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le collectif, plus de précisions sur les différentes situations, vous pouvez suivre l’actualité sur le compte twitter : https://twitter.com/jamaissanstoit


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU COLLECTIF "JAMAIS SANS TOIT"

19/11/2014

194 enfants scolarisés et recensés sont SDF et plus de 100 non scolarisés vivent dans les bidonvilles de l’agglomération lyonnaise.

A l’occasion des 25 ans de la convention internationale des droits de l’enfant (jeudi 20/11/2014), de nombreuses écoles et collèges de l’agglomération seront occupés à partir de la nuit du jeudi 20 novembre pour permettre aux familles de dormir au chaud et alerter une fois encore les pouvoirs publics sur ces situations dramatiques.

Une délégation du collectif a été reçue ce mercredi 19/11 par le directeur de cabinet de monsieur le préfet.

Celui-ci a semblé très surpris de ce que nous lui annoncions à savoir que nous avions, en deux semaines à peine, recensés 194 enfants et leur famille qui étaient SDF sur le grand Lyon.

Il a commencé l’entretien en s’étonnant : « en France, normalement il n’y a pas d’enfants qui dorment dans la rue ! »

Après avoir avancé l’hypothèse que peut être ces familles avaient refusé des hébergements proposés il s’est dit « surpris qu’il y ait une faille dans le système » !

Il nous annoncé que le budget, voté par la loi de finances était immuable (35 000 000 d’€) et que malgré la situation d’urgence dont nous lui faisons part, aucune somme supplémentaire ne pourrait être débloquée.

Nous avons envisagé la piste des réquisitions : la réponse fut claire « pas de réquisitions sans instructions nationales ».

Nous sommes ressortis de l’entretien sans aucune avancée si ce n’est de pouvoir d’ici la fin de la semaine être mis en relation avec les services en charge du logement d’urgence de la préfecture et l’assurance de recevoir un bilan de l’entrevue…

Pendant ce temps-là les familles dorment encore à la rue, c’est pourquoi dès demain, jeudi 20 novembre nous avons décidé de les héberger dans nos écoles, collèges, gymnases…

Voici la liste non exhaustive (car certaines écoles ne préfèrent pas annoncer leur occupation) des actions qui commenceront le jeudi 20 novembre 2014 dans plusieurs villes de l’agglomération.

Vaulx en Velin

2 écoles et 1 collège occupés

- EE Youri Gagarine
- EE Jean Vilar
- Collège Henri Barbusse

LYON 1er

2 écoles occupées + 1 salle polyvalente

- EE Michel Servet
- EE Victor Hugo (Gymnase)
- Salle de la Tourette (bd Croix rousse)

LYON 7

1 école occupée

- EE Gilbert Dru

LYON 3

1 école occupée

- EE Painlevé

Des actions dans d’autres écoles

- EE Angelina Courcelles : Vaulx en Velin
- LYON 8
- + d’autres qui seront annoncées au fur et à mesure de la journée/soirée.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le collectif, plus de précisions sur les différentes situations, vous pouvez suivre l’actualité sur le compte twitter : https://twitter.com/jamaissanstoit ou contacter une des personnes sus-nommées.

Collectif Jamais sans Toit


OCCUPATIONS ÉCOLES ET COLLÈGES, DEMANDEZ LE PROGRAMME

19/11/2014

L’état est hors la loi en laissant des personnes et des enfants en souffrance à la rue, les maires refusent de prendre leurs responsabilités et de réquisitionner sur leur commune alors que la loi les en autorise. Parents et enseignants porteront donc jeudi soir assistance à enfance en danger.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU COLLÈGE HENRI BARBUSSE

19/11/2014

Occupation du collège Barbusse : des familles à la rue, c’est toujours non !

Les enseignants et le personnel du collège Henri Barbusse tirent une fois encore le signal d’alarme. Mais cette année, le problème humanitaire s’accroît. A l’orée de l’hiver, le nombre de familles en grande difficulté de logement est en augmentation importante. Celles-ci sont dans des situations très précaires : des nuits à la rue, des hébergements de fortune pour quelques nuits, mais aucune stabilité ne permettant de la sérénité pour que les enfants que nous avons dans nos classes puissent travailler dans des conditions acceptables.

A ce jour, du 25° anniversaire de la signature par la France de la Convention des droits de l’enfant, nous recensons au moins 3 familles qui sont dans cette situation, et au moins 4 autres dans des situations très fragiles soit 15 enfants.

Sur Vaulx, le constat est identique avec une augmentation du nombre de familles recensées, il y avait 7 familles en 2012, puis 4 en 2013. Alors que cette année, nous pouvons en compter au moins une douzaine.

Comment on en est arrivé là ? L’Etat tolère pour ces personnes un vide juridique qui portent atteinte à certains droits humains élémentaires. Les familles sont dans des situations administratives compliquées, souvent déboutées de leurs demandes du droit d’asile. Un exemple, les familles issues d’Albanie et du Kosovo n’ont pas le droit d’asile parce que le pays n’est pas en guerre. Ce sont surtout des cas familiaux particuliers, des situations médicales pour lesquelles la décision est aléatoire.

Face à une telle situation, le problème particulier cette année est pire, car les solutions ne sont pas venues avec le plan Grand Froid preuve que les pouvoirs publics sont débordés et ne se donnent pas les moyens.


COMMUNIQUE DE PRESSE DE l’ECOLE VICTOR HUGO

20/11/2014

Bonsoir,

Les gymnases des écoles primaires du 1er arrondissement de Lyon Victor Hugo et
Michel Servet sont occupées cette nuit par des parents, enseignants et citoyens pour
héberger les enfants scolarisés et leurs familles à la rue.

Reçus hier soir par le directeur de cabinet du Préfet du Rhône qui s’est engagé à
les mettre en relation avant la fin de semaine avec les services compétents et dans
l’attente d’une réponse favorable aux demandes d’hébergement qui ont été formulées
lors de l’audience, les comités de soutien des deux écoles ont décidé de poursuivre
l’occupation à partir de lundi 24 novembre et ce jusqu’à nouvel ordre.

Vous recevrez ultérieurement le programme détaillé des soirées d’occupation.

En vous souhaitant une belle fin de semaine et un excellent week-end,


Communiqué de presse du Collège La Tourette (Lyon 1er)

Jamais sans toit :

Le Collège La Tourette (Lyon 1er)
occupé !

Aujourd’hui, c’est le 25ème anniversaire de la convention internationale
des droits de l’enfant,
Or 194 enfants scolarisés et recensés sont SDF et plus de 100 non scolarisés vivent dans les
bidonvilles de l’agglomération lyonnaise.

Des parents d’élève et personnels du collège La Tourette (Lyon 1er) avaient décidé d’organiser
une soirée rencontre-débat et repas solidaire dans les locaux du collège, ce jeudi 20 novembre, dans le
cadre des mobilisations du réseau Jamais sans toit afin de dénoncer les conditions précaires et
indignes de vie et d’étude des élèves scolarisés sans logement, se retrouvant donc à la rue.

De plus, une délégation du réseau a été reçue ce mercredi 19/11 par le directeur de
cabinet de monsieur le préfet.
Celui-ci a semblé très surpris de ce que nous lui annoncions à savoir que nous avions, en deux
semaines à peine, recensés 194 enfants et leur famille qui étaient SDF sur le grand Lyon.
Il s’est étonné : « en France, normalement il n’y a pas d’enfants qui dorment dans la rue ! »
Mais, pour autant, il déclaré qu’aucun effort supplémentaire ne sera fait pour l’hébergement
d’urgence. Nous avons envisagé la piste des réquisitions : la réponse fut claire « pas de
réquisitions sans instructions nationales ».

Devant non volonté des pouvoirs publics de trouver des solutions pour faire face à ces
situations indignes de notre pays, dramatiques, dangereuses et insupportables, de nombreuses
écoles et collèges de l’agglomération sont occupés à partir de cette nuit du jeudi 20
novembre pour permettre aux familles de dormir au chaud.

Dans cette dynamique, il a été décidé d’occuper la salle polyvalente du collège La
Tourette notamment en compagnie d’un élève et de sa famille se trouvant à la rue ce
jour.

Nous sommes donc un certains nombre à occuper cette nuit le collège, et encore plus à
soutenir cette action, pour dénoncer l’hypocrisie d’une société et de ses pouvoirs publics qui dans le
même temps commémorent les droits de l’enfant et en laisse dormir certains à la rue, et pour réclamer
un logement pour tous !

Collectif Jamais sans Toit (personnels et parents) du collège La Tourette


APPEL GILBERT DRU, OCCUPATION DU 20 NOVEMBRE

PDF - 152 ko
APPEL OCCUPATION GILBERT DRU

SUIVRE LE COLLECTIF SUR TWITTER

JAMAIS SANS TOIT CLIC SUR TWITTER


Face à la multiplication des situations de détresse connues par trop de familles au sein de l’agglomération lyonnaise, une réunion s’est tenue lundi 3 novembre à la Maison de l’Education et a réuni des comités des 1er, 2ème, 3ème, 7ème et 8ème arrondissements de Lyon, de Bron, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Saint-Genis-Laval qui ont décidé de se regrouper au sein d’un collectif baptisé "Jamais Sans Toit". En effet, ce ne sont pas l’entrée en vigueur du plan froid le 1er novembre et l’augmentation des capacités d’hébergement de 25 % seulement par rapport à 2013 qui suffiront à couvrir tous les besoins.

Le collectif a participé samedi 15 novembre à la manifestation régionale « un logement pour tous » qui a réuni plus d’un millier de personnes à Lyon. Parents d’élèves, enseignants, éducateurs ont défilé derrière les banderoles des établissements scolaires mobilisés.

Le collectif a décidé d’interpeller le Préfet du Rhône (autorité compétente en terme de logement d’urgence) et appelle à un :

rassemblement mercredi 19 Novembre à 18h devant la Préfecture (rue Dunoir, Lyon 3ème)

. A cette occasion, une délégation composée des représentant des différents établissements scolaires et secteurs concernés sera reçue et transmettra la pétition exigeant que les droits fondamentaux prévus par la Convention internationale des Droits de l’Enfant soient appliqués - droit à l’éducation (art. 28), droit au logement et à un niveau de vie décent (art. 27) – et que nos élèves et leur famille bénéficient d’un logement décent et durable, à proximité de leurs lieux de vie sociale.

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Enfant,

le collectif « Jamais Sans Toit » appelle les parents et professionnels à des actions de solidarité jeudi 20 Novembre dans les établissements scolaires (occupations, goûters solidaires, pétitions...)

pour dénoncer le non-respect de ces droits fondamentaux et les conditions de vie indignes auxquels sont réduits certains de nos élèves.
P.-S.

Si vous téléchargez et faites signer la pétition, merci de bien vouloir la rapporter mercredi 19 novembre lors du rassemblement devant la Préfecture à 18h. Les pétitions seront remises au Préfet du Rhône.

Vous pouvez aussi la signer en ligne à cette adresse :
http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article51959

Si votre établissement scolaire souhaite rejoindre le mouvement de mobilisation, vous pouvez nous écrire à cette adresse :
jamaissanstoit69@gmail.com


BATUCADA dans la manif DROIT AU LOGEMENT

15 novembre 2014 à Lyon

BATUCADA dans la manif DROIT AU LOGEMENT 15 novembre 2014 à Lyon


Documents joints

PDF - 79.3 ko
PDF - 79.3 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Brèves

19 novembre 2014 - EXPULSIONS ILLEGALES A LYON : LA PREFECTURE HORS LA LOI !

Communiqué du DAL
Paris le 18 novembre 2014
LYON : réquisition populaire d’un immeuble vacant (...)

30 mars 2014 - COMMUNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L’URGENCE SOCIALE DU 27/03/2014

COMMUNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L’URGENCE SOCIALE
COMMUNIQUE DU 27/03/2014
En 2009, quand (...)

16 décembre 2013 - Communiqué de soutien des parents de l’école des Tables Claudiennes au collectif de la Croix Rousse pour le logement des enfants SDF et de leur famille.

Depuis plusieurs mois les luttes et mobilisations pour soutenir des familles avec enfants qui (...)

12 décembre 2013 - Familles sans logement : Jusqu’à quand l’état fermera les yeux ? Communiqué de la CNT Education 69.

La CNT Education 69 tient à apporter son soutien aux parents d’élèves et aux enseignants qui (...)

26 novembre 2013 - Décisions votées par l’Assemblée Générale de L’université Lyon 2 réunie le mardi 26/11 à Bron (Lyon II) :

Décisions votées par l’Assemblée Générale réunie le mardi 26/11 à Bron (Lyon II) :
Revendications et (...)

Sur le Web