Colloque rébellions quartier populaire

mercredi 19 mai 2010

Colloque international de clôture du projet ANR « Genrebellion »

3-4 juin 2010

ENS-LSH – 15 parvis René Descartes 69007 Lyon – salle F08 – entrée libre

Engagements, rébellions et genre
dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)

Programme

En inscrivant la réflexion dans une perspective temporelle plus longue, ouverte au moins depuis 1968, et en adoptant une approche comparée (à la fois dans le temps et dans l’espace), l’objectif de ce colloque est de comprendre les rébellions urbaines en les confrontant à d’autres dynamiques d’engagements et de mobilisations et en restituant la diversité des trajectoires des acteurs et des actrices engagés. Dans des configurations historiques, locales et nationales spécifiques, nous chercherons à voir comment des acteurs individuels et collectifs se construisent dans la durée de façon différenciée, mobilisant certaines modalités d’action, certaines références symboliques, certains vecteurs d’identification tels que le genre, l’origine nationale ou la référence à la classe sociale. Désenclaver les épisodes émeutiers pour mieux saisir la façon dont ils s’inscrivent dans un ensemble de pratiques et de discours permet de revenir sur le sens qu’ils revêtent pour les acteurs à un moment donné de leur trajectoire individuelle et collective.

Comité d’organisation : Michelle Zancarini-Fournel, Sophie Béroud, Sophie Baby, Marie-Carmen Garcia, Boris Gobille, Abdellali Hajjat.

Contacts : sophie.beroud@univ-lyon2.fr / abdellali.hajjat@ens.fr

Jeudi 3 juin 2010
- 9h accueil
Ouverture – Présentation de l’ANR « Genrebellion » par Michelle Zancarini-Fournel (université Claude Bernard Lyon 1, LARHRA, associée IRICE)
- 9h30 - Conférence introductive : Ville et violence dans une perspective comparée, Heinz- Gerhard Haupt (Institut Européen de Florence)
- 10h15 - Axe 1. Rébellions et mobilisations

Présidence de séance : Stéphane Beaud (ENS Paris, CMH-ETT)

Comment expliquer l’absence de violences urbaines en Allemagne ? Une mise en perspective historique, Bettina Severin-Barboutie (université de Giessen)

Les mutations des désordres urbains au Royaume-Uni au cours des trente dernières années : l’irruption de nouveaux acteurs, Sophie Body-Gendrot (université Paris IV, CESDIP)

- 11h30 - pause

Le sens de l’émeute de novembre 2005, Gérard Mauger (CNRS, CSE)
« Emeutes urbaines » et politisation dans les quartiers populaires. Une enquête à Firminy-Vert, Valérie Sala-Pala (université de Saint-Etienne, CERAPSE - Temis)

Discussion

- 13h Déjeuner
- 14h30 – Axe 1. Rébellions et mobilisations

Président de séance : Ahmed Boubeker (université de Metz, LLSS)

Le sentiment d’injustice comme élément vecteur d’une construction identitaire collective chez les jeunes habitants les « quartiers populaires », Eric Marlière (IDS Rouen, CESDIP)

La Marche pour l’égalité : une alternative aux émeutes ?, Abdellali Hajjat (EHESS-CMH-ETT)

Discussion

- 16h pause

La CGT et la CFDT face à l’émergence d’un nouvel acteur collectif : les réceptions syndicales de la Marche pour l’égalité, Sophie Béroud (université Lyon 2, Triangle)

Parcours des jeunes salariés à La Poste et dans les magasins ED, Kamel Tafer (université Paris 1, Georges Friedman)

Discussion

- 18h Projection du film de Dominique Cabrera, Chronique d’une banlieue ordinaire – débat en présence de la réalisatrice

Vendredi 4 juin
- 9h café
- 9h15 - Axe 2. Genre et mobilisations

Présidente de séance : Sophie Baby (université de Bourgogne, IRICE)

Zaâma d’Banlieue (1981-1984) : les pérégrinations d’un collectif féminin au sein des luttes de l’immigration, Foued Nasri (Sciences-Po Paris, CERI)

L’engagement solidaire d’une compagne de « double peine » : entre action contrainte et libératoire, Nathalie Fuchs (Sciences-Po Paris, CEVIPOF)

Des mobilisations de femmes en tant que femmes racisées : les militantes des mouvements Ni putes Ni Soumises et des Indigènes de la République, Marie-Carmen Garcia (université Lyon 2, GRS et Centre Louise Labé), Patricia Mercader (université Lyon 2, CRPPC et Centre Louise Labé)

Discussion

- 11h15 pause

Le loisir, moteur de la rébellion silencieuse des jeunes femmes d’origine nord-africaine, Anne Tatu Colasseau (université de Franche-Comté, LAsa), Gilles Vieille Marchiset (université de Franche-Comté, LAsa)

Le genre dans l’élaboration des politiques de la ville, Claude Jacquier (CNRS, Triangle)

Discussion

- 13h déjeuner
- 14h30 -16h - Axe 3. Quelles issues pour le politique ?

Président de séance : Boris Gobille (ENS Lyon, Triangle)

La destruction des barres d’Olivier de Serres (1978-1984) à Villeurbanne : Charles Hernu précurseur de la politique de la ville ? Michelle Zancarini-Fournel

A l’ombre de la démocratie de proximité : autour d’une liste "citoyenne" initiée par un "kollectif" de banlieue (Bondy, 2001), Alexandre Piettre (université Paris 7, CSPRP)

Classe, ethnicité, territoire : Le rapport au politique des jeunes des quartiers populaires au prisme de l’élection présidentielle de 2007 dans deux quartiers de Vaulx-en-Velin, Camille Hamidi (université Lyon 2, Triangle)

Discussion

Conclusion du colloque : Robert Frank (université Panthéon-Sorbonne Paris 1, IRICE)

— 
CETIM - Centre Europe-Tiers Monde
6, rue Amat
1202 Genève
Suisse
Tél. : +41 22 731 59 63
Fax : +41 22 731 91 52
www.cetim.ch


Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123